Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LE BLOG DE ROSIE

LE BLOG DE ROSIE

Ce blog a été crée pour partager mes émotions, mes coups de coeur, mes états d'âme, la poèsie des mots..il y a du symbolisme, des études sur la mythologie, et mes divagations intellectuelles, des recherches..Des souvenirs, mon humeur suivant les jours. Le tout en harmonie qui est le Maître mot..

Publié le par Rosie
Publié dans : #Etudes et culture patrimoine
Arbre femme jeunesse beauté et force

Arbre femme jeunesse beauté et force

 

L'Arbre est universellement considéré

comme un symbole entre le ciel et la terre.

En ce sens, il possède un caractère central

l'Arbre du monde un synonyme de l'Axe du monde:

un ferme soutien de l'univers,

un lien entre toutes les choses

et un support de la terre habitée.

j'ai appris récemment que l'arbre pourrait être éternel

les pousses qui sont à ses pieds sont des clones

l'arbre souffre quand on le taille

dans la forêt les arbres communiquent entre-deux

pour se protéger, ils réagissent à l'attraction de la lune 

un peu comme les marées

Un bel arbre !!!

Un bel arbre !!!

Notre perception visuelle ou imaginaire de l'Arbre

répond à celle de son mystère en nous.

Parce qu'il participe entre le visible et l'invisible,

que ce soit physiquement ou par abstraction,

l'Arbre impose un questionnement éternel.

Sa puissance ou sa fragilité est la nôtre.

Être comme un arbre,

n'est-ce pas être fort et solide comme un chêne.

Juste le fait de penser

que l'on puisse épouser son tronc et ses feuilles,

C’est semblable à notre corps,

notre énergie intérieure et nos pensées.

L'Arbre représente donc notre destin soudé dans une seule vie,

et pourtant divergent en mille branches.

Nous ne pouvons échapper à l'Arbre pas plus qu'à nous-mêmes.

Si l'Arbre est notre reflet,

C’est qu'il nous ressemble dans sa diversité la plus extrême.

 

Enlacement beauté et symbolisme

Enlacement beauté et symbolisme

 

 

550969_391867804199637_679616519_n.jpg

 

 

Dans cet arbre

La première racine provient de la source de Hvergelmir,

située en Niflheim.

Un dragon, garde jalousement cette source  et ronge la racine.

 

La deuxième naît dans la fontaine

Cette fontaine est censée contenir la source de toute sagesse.

Elle est gardée par un géant et abrite la tête du dieu

qui détient les secrets de l'univers.

 

Enfin, la troisième racine provient du puits d'Urd,

ce puits est gardé par trois Nornes,

ce sont de vieilles sorcières très sages

et craintes par les dieux,

elles tissent la destinée, à laquelle les dieux sont soumis.

 

Yggdrasil est aussi l'hôte d'autres personnages.

Un aigle  est perché dans ses branches

et un faucon, est perché entre ses yeux.

La chèvre, , vit près du sommet de l'Arbre,

et se nourrit de ses feuilles.

Le cerf  broute aussi les rameaux

de ses cornes ruisselle l’eau qui tombe

un écureuil  court sans cesse dans l'Arbre,

et sème la discorde entre le dragon et l'aigle.

C'est en restant pendu à une branche d'Yggdrasil,

percé d'une lance, durant neuf jours et neuf nuits

qu'Odin découvrit le sens des runes.

À l'exception de Midgard (le monde des hommes)

qui représente l'équilibre,

les huit autres royaumes peuvent être regroupés

par paires de principes opposés.



Voici une petite étude que je viens de faire

grace à un commentaire d'une amie 

j'ai appris tout cela et c'est très beau

je le livre à votre lecture

toute offrande !!

toute offrande !!

Je vous propose aujourd'hui un poème de Victor Hugo

 "Aux arbres":

Arbres de ces grands bois qui frissonnez toujours,
Je vous aime, et vous, lierre au seuil des autres sourds,
Ravins où l’on entend filtrer les sources vives,
Buissons que les oiseaux pillent, joyeux convives!
Quand je suis parmi vous, arbres de ces grands bois,
Dans tout ce qui m’entoure et me cache à la fois,
Dans votre solitude où je rentre en moi-même,
Je sens quelqu’un de grand qui m’écoute et qui m’aime!
Aussi, taillis sacrés où Dieu même apparaît,
Arbres religieux, chênes, mousses, forêt,
Forêt! c’est dans votre ombre et dans votre mystère,
C’est sous votre branchage auguste et solitaire,
Que je veux abriter mon sépulcre ignoré,
Et que je veux dormir quand je m’endormirai.

Merci Lisa

Commenter cet article

Armande 15/12/2013


De toute beauté ce texte et si bien imagé , je vous découvre, et suis émue de lire tout cela, Bravo Rosie et toute ma sympathie.

ada 16/12/2013


Bonjour amie Rosie,


Je constate que plus de femmes que d'hommes fréquentent ce blog. Que faut-il en conclure ?


Très bonne journée et trés bonne semaine, cher amie.

Albert 16/12/2013


Je pense qu'il ne faut pas confondre fréquentation et commentaire.


La fréquentation n'est connue que de l'auteur du Blog dans la rubrique "statistiques" à laquelle il est seul à avoir accès. Hélas la rubrique statistique ne précise pas si c'est un homme ou une
femme qui est venu lire partie ou totalité du texte.


Il est vrai que dans le cas présent les commentaires proviennent surtout de dames. 

Jacques 16/12/2013


Ce texte sur l'arbre est interressant du point de vue de cette étude,  j'ai vu un film ou on voit que les arbres communiquent en secretant des poisons si un animal vient manger des
feuilles..et transmette l'information des uns aux autres, Cette notion d'eternité est aussi une nouveauté..Bonne lecture a vous tous .

Albert 16/12/2013


Les scientifiques ont remarqué que si des chênes-liège sont malades à cause d'un parasite qui perce leurs feuilles, ils envoient des produits, des sortes de signaux apportés par le vent, qui
donnent un signal aux arbres encore non atteints. Les chênes sains recevant ce message s'arrangent pour rendre plus épaisse la couche externe de la "peau" de leurs feuilles. Ainsi, quand le
parasite arrive, il n'a plus la force de percer les feuilles durcies. Nous ignorons tout, non seulement de la vie des plantes, de celle des animaux et surtout de l'homme. Chat échaudé craint
l'eau froide !

Lisa 23/10/2014

Bonjour Rosie, comme sont intéressantes toutes ces informations sur l'arbre et belles ces illustrations!

Je vous propose aujourd'hui un poème de Victor Hugo "Aux arbres":

Arbres de ces grands bois qui frissonnez toujours,
Je vous aime, et vous, lierre au seuil des autres sourds,
Ravins où l’on entend filtrer les sources vives,
Buissons que les oiseaux pillent, joyeux convives!
Quand je suis parmi vous, arbres de ces grands bois,
Dans tout ce qui m’entoure et me cache à la fois,
Dans votre solitude où je rentre en moi-même,
Je sens quelqu’un de grand qui m’écoute et qui m’aime!
Aussi, taillis sacrés où Dieu même apparaît,
Arbres religieux, chênes, mousses, forêt,
Forêt! c’est dans votre ombre et dans votre mystère,
C’est sous votre branchage auguste et solitaire,
Que je veux abriter mon sépulcre ignoré,
Et que je veux dormir quand je m’endormirai.

Avec toute mon amitié