Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LE BLOG DE ROSIE

LE BLOG DE ROSIE

Ce blog a été crée pour partager mes émotions, mes coups de cœur, mes états d'âme ,Pourquoi j’écris ? Pour vivre, pour parler de l'amour pour que le sentiment, l’émotion prennent corps, pour que l’âme chavire, pour que le ciel se teinte de rose - parce que l'on peut rêver et en faire une réalité. - Ecrire pour louer le jour et attendre la nuit, où l'écriture est plus facile..Écrire en choisissant les mots pour panser des maux ♥

Articles avec #rigarda en conflent catégorie

Publié le par Rosie
Publié dans : #Rigarda en conflent
A Rigarda sois toujours mon guide ♥

 

Texte ancien et pour moi d'actualité plus que jamais

Ma petite échappée en trois jours

 

 

Me voici de retour le soir dans ma ville natale

Perpignan

Pas un chat dans les rues

C’était désertique

Je suis allée me restaurer

Dans un lieu typique ,

un monument ancien transformé

en restaurant !

il n’y avait pas grand monde

et puis je m’en suis revenue

tout doucement réjouie et contente

                 

                 ************

 

 Le lendemain c’était mon aventure

je partais pour la capitale de mon cœur

et de mes jeunes années

première étape celle du souvenir

je me suis recueillie dans le paisible cimetière

j’étais passée devant la Stèle érigée

pour commémorer

les morts des deux guerres

Et surprise : le village s’est agrandi

il y a un hameau

si bien que; de Vinça à Rigarda

Les maisons sont en continue et bordent la route

Il n'y a plus de vergers ; j’ai vu le noyer

où pendant les vendanges nous venions

ramasser ses fruits : que de beaux souvenirs !

Et puis la mairie qui a été déplacé et se trouve

dans l’ancienne maison

d’une de mes amies de classe

que de changements, en bien il va de soi

une grange près de l'école est devenue

une bibliothèque ou j'ai déposé

des exemplaires de mon livre

pour les offrir à tous ceux

qui ont partagé mes jeux d'enfants

Hélas beaucoup sont partis

c'était en 2004

..

L'entrée du village   et la grange qui est une belle bibliothèque à droite l'escalier qui menait à l'école
L'entrée du village   et la grange qui est une belle bibliothèque à droite l'escalier qui menait à l'école

L'entrée du village et la grange qui est une belle bibliothèque à droite l'escalier qui menait à l'école

je n’ai pas pu photographier l’entrée du village

Laurence m’a confirmé

qu’il y avait toujours le grenadier

qui veillait sur les arrivants

ce fruit est un symbole de prospérité

de famille unie et d’abondance

l’abondance d’émotions

Les signes de gentillesse

d’amitié me furent donnés

j’ai fait des photos des petites rue si typiques et belles

notre ancienne maison était ouverte

je suis aussi allée voir l’école le clocher

la rivière à plusieurs endroits

 

Que de souvenirs en voyant les sureaux  fleuris

Il y avait aussi de la bourrache

Des iris et partout des rosiers

Le village par endroits est devenu plus sauvage

et à d’autres s’est amélioré

Je pensais à mes pauvres genoux

Sur ces pavés de cailloux, quand j’étais enfant

Et puis j’ai vu tout ce qui me semblait inaccessible

Comme l’inaccessible étoile

mes yeux étaient charmés et éclairés de mille étoiles

Rigarda tu étais encore plus belle et merveilleuse

 

A Rigarda sois toujours mon guide ♥

 

J’ai trouvé des gens très aimables

Qui m’ont accueillie avec beaucoup de douceur

 

Maryse la belle fille d’Odette

Celle qui s’occupait de l’église

elle a du l’initier avant de partir

Pour lui succéder ! Elle le fait avec dévotion

Mes yeux ont été éblouis

Mes yeux d’enfant n’avaient pas su voir

Les trésors de cette église

 

Un patrimoine fantastique : Que des merveilles

Je vous les montrerai petit à petit

si vous suivez ces récits

et je vous en remercie de tout cœur ! 

Beauté tu es partout 

même dans le plus petit village

que peu de gens connaissent

et qui devrait s'ouvrir à une étape

du tour du conflent

mais pour cela il y a encore

des mentalités qui ne sont pas prêtes

c'est vrai aussi que les trésors des églises

sont pillés et c'est un sacrilège

 

C'est notre patrimoine, mes ancêtres

y on contribué, ma grand-mère

par deux fois avait fait des dons

pour la réfection de l'église et en réparer l'usure

et pourtant, elle n'avait pas de grands moyens

 

Une statue de la vierge fut offerte par ma mère

et l'histoire qui s'y rattache m'émeut encore plus

maintenant que je sais, ce quelle cherchait

et que moi j'ai trouvé

Oh Lisa sois toujours mon guide !

 

A Rigarda sois toujours mon guide ♥

A Rigarda

 

Maryse fut notre guide;

Laurence m'accompagnait

nous avons parlé des temps anciens

fait remonter des souvenirs

Lisa était à côté de moi,

elle a veillé sur le bon déroulement

de ce retour aux sources

et puis j'ai rencontré des nouvelles venues

Catherine et sa fille

tout fut bonheur

retrouvailles, virtuel qui devient réel

avec un vrai moment d'échange

sur des mêmes valeurs 

 

Lisa ;  Pour moi Maryse a ouvert le tabernacle

et ensemble à haute voix pour toi

et pour moi une prière s'est élevée

j'étais sur le banc, ou avant

ton nom était gravé ; Elisa Vicens

et où mes yeux regardaient émus

Saint Sébastien, Sainte Eulalie et Julie

et mes yeux se sont embués

et à toi, à nous j'ai pensé à ce temps

 

il est gravé dans ma mémoire

il est en moi, et ne vieillit pas

souvent avec mes petits enfants

nous te faisons revivre

c'est peut- être cela l’éternité...

Tu es toujours en nos cœurs

vivante, vivace et pleine de malice

ma mémé tant aimée...

 

A Rigarda sois toujours mon guide ♥

Voir les commentaires

Publié le par Rosie
Publié dans : #Rigarda en conflent
Catalogne, mon pays France ma Patrie

 

Au moment bien mal choisi après de graves attentats

on parle de séparation de divorce en catalogne du Sud

cela pourrait gagner la province du Nord , celle où j'ai des

attaches : Nous avons des us et coutumes semblables

une même identité ( Espagnole ) nous étions avant le traité des

Pyrénées sous la domination du Roi d'Espagne

Un jeune homme très érudit en généalogie

me mit un jour par l'intermédiaire de ce blog

l'arbre généalogique de ma grand -mère

C'était une femme simple et d'une grande noblesse de cœur

elle fut une jeune veuve, de la guerre de 14/18

Quand j'étais enfant , elle me disait en catalan,

elle ne connaissait que cette langue

Nine -" Il parait que du côté de ma mère nous sommes nobles"

il ne faut pas le dire...

La pauvre, elle ne savait pas , et c'est moi qui ai su

alors qu'elle repose dans le petit cimetière ,

elle est une des étoiles qui me protègent ,

tous les jours je pense a Elle et encore plus maintenant

que les peuples du Sud se déchirent entre frères .....

Quel malheur pour tous

Catalogne, mon pays France ma Patrie

Sur les traces de Lisa ma grand-mère de Rigarda

je mets en ligne cet article ancien

car j'ai reçu un message ce jour qui m'a touchée

C’est le destin qui nous tient au bout d’un fil 

Nous sommes des marionnettes mues par cet invisible

Tout se reproduit dans une vie

Les événements différents

Mais quand même si semblables

C’est le destin qui nous mène

Là où il veut nous faire aller

et voici que ce texte est très ancien

et qu'un message vient de s'y poser

comme pour m'inviter à le remettre

a l'ordre du jour ! c'est toujours ce destin

c'est ma grand-mère qui me protège

c'était un ange de bonté : Je pense toujours à Elle

et surtout en ces moments où un trouble s'installe

en pays Catalan

Elle c'était Élisa, ma grand-mère bien aimée

dont voici la blason, qui par un ami me fut adressé

celui de sa famille anoblie par le Roi d'Espagne avant

le traité des Pyrénées, qui nous rattachait à la France

 

Catalogne, mon pays France ma Patrie

 

 je partais pour l’enterrement de ma cousine,

j’ai fait taire mes émotions

Je l’ai fait, c’était la première fois que je me motivais

Cette année on m’invite pour célébrer un anniversaire

Je serais émue je crois

Et j’ai décidé de faire un circuit pour me prouver

Que je sais, encore taire mes craintes et mes peurs

J’irai seule à Rigarda

sur la tombe de ma grand-mère

Ce sera ma première étape

Après j’essuierai mes larmes, elle sera avec moi

Nous irons ensemble faire le tour du village

Où je ne connais plus personne

Est-ce que je pourrai voir l’église de Rigarda ?

Il faudra certainement aller prendre la clé

Et je me reverrai le jour de ma première communion 

Fière et tremblante de peur de peur et d’angoisse,

que je cachais avec une certaine pudeur 

et une fierté pour tous les miens qui m'accompagnaient

Catalogne, mon pays France ma Patrie

Je reverrai aussi avec émotion

la cérémonie du départ de Lisa

les hommes d’un côté, les femmes de l’autre

J’avais mes deux filles  près de moi

et nous étions tellement crispées

que nous avons pris le fou rire

en voyant une femme du village

Donner un ancien sou troué à la quête 

Et voila que Lisa vient de nouveau me mettre sur ses traces

message d’un inconnu reçu sur ce blog

qui a fait son arbre généalogique

et a trouvé le même patronyme

que celui de mémé Marie : ( de Llonguet )

Quel bonheur mais le plus grand pour moi

N’est pas celui de la  naissance

mais  de la noblesse de cœur

et la tu étais ma Reine et plus encore

Tu me parlais parfois timidement

me disant :

tu sais ( nine) ma mère descend de la noblesse

mais il ne faut pas en parler tu étais peu instruite

mais tellement généreuse et bonne

La dernière fois

que je suis allée à Rigarda c’était en 2003

J’étais triste, depuis j’ai appris

ce que c’était la vie seule, Seule physiquement,

mais pas seule dans mon esprit

et puis j'y suis revenue pour rencontrer

monsieur le maire et faire en sorte

de faire revenir dans l'église le retable

de Saint Hyacinthe où il y avait aussi

celui qui me touchait le plus

Saint Sébastien et les flèches

 

Catalogne, mon pays France ma Patrie

J’ai rempli le vide par d’autres activités 

 

J’irai à Rigarda, seule

mes souvenirs je dois les vivre

J’ai fait vivre Lisa elle me protège

Mes enfants ne comprennent pas

mon attachement à ces souvenirs,

ils sont de la ville sont enfants gâtés

Moi j’ai été enfant de la campagne

on aidait nos parents

on vivait en harmonie avec les saisons

Il faut que je me ressaisisse

C’est bien Lisa qui guide mes pas

Merci à vous Catherine pour des renseignements

On se ressemble tant mais c’est notre

Sensibilité intérieure

 

Merci à Sylvain

qui a fait revivre ma grand-mère

et m’a adressé son arbre généalogique

Ce blason est pour moi plus que symbolique

et m'entraine vers cette découverte

vers d'autres recherches...

 

Merci ma grand-mère de me guider 

toujours vers le beau et de me montrer que je suis

sur le bon chemin..

 

 

Catalogne, mon pays France ma Patrie

Voici ce qui m'a été adressé par Sylvain

que je ne connais pas, il l'a fait à travers ce blog

et il a joint ton arbre généalogique

Oh ! Lisa tout cela pour moi, alors que je vais venir te voir

est-ce un signe que tu me fais

un clin d'oeil, toi si simple, si humble

la plus douce des grand-mères

 

Bernardin Llonguet (maire de Rigarda)

épouse Marie-Antoinette (de) Girves

parents de :

Joseph Llonguet épouse Marie-Thérèse Perone

parents de :

Joseph Llonguet épouse Elisabeth Morer

parents de 

Marie Llonguet épouse Pierre Vicens

parents de :

Elisa Vicens épouse Martin Morer

dont elle est veuve de guerre en 1915

 

Et voici que les nouvelles technologies

qui m'ont permis de franchir des frontières

me permettent de remonter le temps

Ah ! si tu savais ?....Vicens

c'est aussi le nom que nous portons

ma soeur et moi, que tu as tenu à nous transmettre

et pour toi mon plus bel hommage

et tout l'amour que nous avons échangé 

ma grand-mère Elisa merci de me garder sur le bon chemin

ma grand-mère tant aimée..

 

Catalogne, mon pays France ma Patrie

Voir les commentaires

Publié le par Rosie
Publié dans : #Rigarda en conflent
La Saint Jean...et les Feux...

 Les feux de la Saint Jean à l'ancien temps 

 

Ce sera bientôt le jour de la Saint Jean Baptiste

C'est le jour le plus long de l'année

La nuit la plus courte

Soleil montant Saint Jean le Baptiste

il ira ensuite descendant 

pour attendre l'autre Saint Jean

celui du Solstice d'hiver

Saint Jean l'évangéliste

Tout est symbole d'amour de fraternité

tout est symbole de joie de fêtes

de tout ce qui peut unir les peuples

pour nous des deux côtés des Pyrénées

 
La Saint Jean...et les Feux...

 

Fêtes de la Saint Jean

 

Souvenirs de mon enfance à Rigarda en Conflent

Juin s'avançait, avec la Saint-Jean que nous fêtions

la préparation du feu nous occupait des journées entières

il était important d'amasser des fagots et des bûches

pour réussir le plus beau bûcher qui deviendrait un feu

Feu : de joie, d'amitié et de fraternité,

ce soir de la nuit la plus courte.

Traditionnellement nous l'installions sur l'aire

en bas du village devant la maison d'Odette.

il attirait tout les habitants ,

les plus hardis sautaient les flammes,

et nous les petits, restions autour

et chantions des comptines catalanes

pour saluer cette fête ce jour de solstice.

Quelques uns prenaient un brandon

en signe de porte bonheur

La Saint-Jean marquait aussi la fin de l'école

avec les rondes déchaînées 

Que nous faisions sur l'aire pas loin de la rivière,

nos rondes étaient éclairées par la lueur du feu,

c'était comme un symbole de la renaissance

dans nos coeurs d'enfant .

Nos mains l'une dans l'autre étaient notre sardane

où on se communique de l'énergie,

et on partage les valeurs, celles de l'enfance, du pays 

de ce  beau jour de la Saint-Jean signe de renouveau.

feu, soleil chaleur !!! et nous chantions à tue-tête

 

La Saint Jean...et les Feux...

 Dans la coutume

Tout commence à la nuit tombée.

Cette nuit est la plus courte de l'année.

Quelques jours auparavant le sommet du Canigou

a été l'objet d'intenses activités :

on y amène des fagots de sarments,

des ceps, des bûches pour préparer un bûcher

en forme de pyramide ! Pour signifier l'infini

 

Ce feu est allumé la nuit du 23 juin,

et sa lueur est le signal d'allumage des feux du Roussillon :

Dans chaque village,

un feu identique est embrasé sous forme de ricochet

Quand on en voit un !

vite  on allume celui des villages situés plus bas

si bien qu'en peu de temps

c'est une myriade de lumières qui brillent

un peu partout dans la plaine

 

Cette fête était accompagnée du bouquet de la St Jean,

un bouquet composé d’herbes spécifiques

cueillies le matin du 23.

La tradition voulait que ce soit

une branche de millepertuis,

une immortelle parfois, un épi de blé, de l'aspic

et de l'herbe de la Saint Jean, cueillie au lever du soleil .

..Une feuille de noyer qu'on allait cueillir près de la rivière

là ou se tenait le feu de joie

Ces bouquets étaient censés attirer la chance

et le bonheur dans la maison,

et surtout la protéger du feu

 

La Saint Jean...et les Feux...

Je vous offre à vous tous un bouquet virtuel

pour vous témoigner mon amitié

un épi de blé pour la richesse,

mais nous l'avons tous en nous, richesse du cœur.

En catalogne cette fête unit les hommes entre eux,

elle est signe de fraternité,

tout comme la " Sardane"

nous sommes fiers de nos racines

et heureux de transmettre aux nouvelles générations

ce patrimoine culturel

 

Confection des bouquets de la Saint-Jean au Castillet.

Prise de la flamme par les relayeurs de Provence.

Cette fête est accompagnée du bouquet de la St Jean,

un bouquet composé de quatre herbes spécifiques*

cueillies le matin du 23 juin dont la composition

est plus traditionnelle que la notre

La tradition veut que se soit une feuille de noyer,

une autre de millepertuis,

une troisième d'immortelles et de l'orpins.

Ces bouquets sont parfois encore accrochés

aux portes des habitations pour attirer la chance

et le bonheur dans la maison.

Nombreux sont les catalans qui en confectionnent encore,

bien que la véritable "recette" soit quelque peu oublié.

On retrouve cette tradition durant les soirées de la St Jean

avec la vente de petits bouquets simples

dotés d'un ruban "sang et or" :

c'est le reste de la tradition du bouquet.

 

La Saint Jean...et les Feux...

 

Les feux de la St Jean" (1891) a été réalisée par Jules Breton

qui a su rendre l'atmosphère de joie,

avec cette ronde autour du feu.

 

 

Philadelphia Museum of Arts:

 

Voir les commentaires

Publié le par Rosie
Publié dans : #Rigarda en conflent
Semaine Sainte en Catalogne

C'est une page de mon livre dont l'édition est épuisée

Livre en hommage à ma grand-mère

et relatant les us et coutumes du pays catalan

 

Ce jour: l'église est fermée, dans le village,

il n'y a plus de reposoir, plus de procession plus rien,

Mais à Perpignan

demeure une coutume qui est inscrite dans nos racines

et notre mémoire pour moi dans mon cœur de fillette,

la procession de la Sanch est un moment de communion

Des pénitent sont encapuchonnée !caparutxes

cagoules noires ou rouges, 

à cette occasion tout le long du parcours

il y a des tapis aux fenêtres ou des ornements

on sort la vierge de la cathédrale Saint jean

elle était accompagnée par des jeunes filles

en mantilles blanches et j'y étais dans mon jeune âge

dans ces temps où la foi s'exprimait au grand jour

le parcours était fait d'arrêts et de prières

nous allions ensuite à l'église Saint Jacques

pour laver les pieds du Christ

avec de petites éponges naturelles que nous gardions

précieusement

Tout cela a du changer et je rêve d'y retourner

Semaine Sainte en Catalogne


Et Comme chaque Vendredi Saint, et ce depuis 1416,

les pénitents de l'Archiconfrérie de la Sanch

revêtiront la caparutxa, noire pour le deuil

ou rouge pour le sang.

Toutes les confréries du Roussillon et de Perpignan

sont représentées.

En tête du cortège, le Regidor, pénitent en rouge,

muni d'une clochette.

Suivent les mistéris fleuris portés par des pénitents.

Ces 'misteris' sont des représentations grandeur nature

des scènes de la passion du Christ

et sont portés par quatre à huit caparutxes

ou par des femmes en coiffes de mantilles.

A Collioure, la procession de la Sanch est nocturne,

elle parcourt les ruelles du village à la lueur des flambeaux,

retraçant le chemin de croix.

Au son des tambours voilés de crêpe noire,

cette procession de la Sanch, unique en France,

est l'une des plus émouvantes expressions

de la piété populaire catalane

où profane et sacré s'imbriquent.

 

Semaine Sainte en Catalogne

 Le Vendredi Saint en d'autres temps ...

J'ouvre une page du livre

"Par les yeux de Lisa"

 Ceci se passe à Rigarda

 

En ces temps les fidèles semblaient plus nombreux,

comme si la religion eût offert un réconfort

même aux incroyants ; et ceux qui, d’ordinaire,

ne mettaient pas les pieds à l’église

la fréquentaient à présent régulièrement.

Jamais, comme à cette époque, elle ne fût si pleine,

jamais les chants ne s’élevèrent aussi fort vers le Seigneur.

Je revois encore la foule, qui pour les Rameaux

venait faire bénir des branches de laurier et d’olivier, de buis;

devant l’église, après la messe, les uns et les autres discutaient

longuement faisant de petits groupes ;

 Lisa n’aurait pas manqué pour rien au monde cette cérémonie

En d’autres temps nous avions, nous les enfants

des rameaux garnis de friandises,

cloches en chocolat et sucre candi 

avec des fruits en pâtes d’amandes ...

 

Lisa prenait sa branche,

qu’elle tremperait dans de l’eau bénite

Pour en asperger matelas et sommiers et même les oreillers

afin de chasser les démons qui pourraient s’y trouver.

 Parmi les dévotes assidues à l’église, il y avait Odette

c’était avec Victoire les deux personnes

qui y passaient le plus de temps,

Elles s’occupaient de tout,

cirer astiquer, changer les fleurs, sonner les cloches

et dirigeaient la chorale le cœur des jeunes-filles ;

 Odette donnait le réponds au prêtre

en entrainant les fidèles a sa suite.

Lorsque le curé était empêché,

elle le remplaçait pour le catéchisme ou le chapelet. ;

c’est à elle encore, a qui on faisait appel

pour les veillées funèbres

durant lesquelles elle perpétuait le rite

et récitait les dernières prières

pour assurer le repos de l’âme du défunt.

 

Pour préparer les fêtes pascales,

c’est encore Odette qui éclairait de ses conseils

et nous aidait à organiser le reposoir de la Semaine Sainte.

Chacun ramenait de son jardin

les fleurs de saison les plus belles,

on sortait de leurs boites

les ornements sacerdotaux jalousement conservés

 

Nous disposions des bouquets avec un sens de l’harmonie

qui paraient l’autel, devant ce reposoir chargé de fleurs,

nous allions avec ma grand-mère passer un moment,

pour faire nos dévotions et nous recueillir

en attendant d’être relayées par d’autres personnes.

A l’heure des repas

quand les paroissiens se faisaient plus rares

C’était Odette ou Victoire

qui assuraient la pérennité de la présence

 

  P1020522

 

 

clocher

 

 

Le vendredi  Saint les cloches restaient silencieuses

en signe de deuil » parties à Rome »,

Elles n’en reviendraient que carillonnantes

pour assurer la résurrection.

 

Ainsi pour appeler les fidèles à la cérémonie,

on les remplaçait par des crécelles,

que les enfants de cœur en surplis blanc

agitaient à tour de bras,

en courant  de rue en rue.

 

Ils faisaient par trois fois le tour du village,

dans un tintamarre incroyable

et l’on entendait entre deux essoufflements :

C’est le premier, le premier »

Puis repassant un quart d’heure après ils criaient

Le deuxième, c’est le deuxième

et surgissant pour la troisième fois épuisés ils criaient «

Le dernier, c’est le dernier, il faut y aller,

et sans tarder ils s’engouffraient dans l’église

où le service allait commencer

 

 

P1020499

 

   JEP-MUL35852-91 SIT 35852

 

Cette année là, il n’y eut pas de messe champêtre à Domanova

pour le lundi de Pâques, l'ermite était parti,

pas de déjeuner sur l’herbe,

mais les jeunes avaient tout de même réussi a se réunir

pour l’omelette pascale,

ils avaient récolté des provisions pour cette coutume traditionnelle

en pays catalan, ils passent et chantent

s’arrêtant à chaque maison, où on leur offre,

qui des œufs,

une bonne bouteille,

des boudins, et tout ce qui va avec

pour perpétuer cette tradition

avec botifarras, ou botifarros,

pour le goigs dels ous .. Ces chants en catalan.

que ma grand-mère aimait tant entendre

et qui lui parlaient de nos montagnes

je ne sais pas si cette tradition demeure

et puis, nous nous activions pour faire les bunyetas

qui étaient un Sacro-Saint moment de notre passé

 

Je vous souhaite de bonnes fêtes de Pâques...

à vous qui me lirez... nos coutumes sont toujours

très fortes, c'est à Perpignan la procession de la " Sanch"

intense moment de pièté !

 

Semaine Sainte en Catalogne

Voir les commentaires

Publié le par Rosie
Publié dans : #Rigarda en conflent
Saint Blaise souvenirs...Rigarda

J'écris ce jour sur mes souvenirs

de nos us et coutumes en pays catalan

et à l'ancien tems

Le 3 février jour de la Saint Blaise

Qui est le Saint patron des

Animaux menuisiers cardeurs

tisserands tailleurs d'habits

 

Saint Blaise son histoire

Ce fut l’un des saints les plus populaires

et les plus célèbres par l’efficacité

de son intercession.

D’abord très habile médecin,

et en même temps très vertueux chrétien,

il devint évêque de Sébaste, en Arménie,

.

Mais Blaise, inspiré de Dieu,

quitta bientôt son siège épiscopal

pour s’enfuir sur une montagne solitaire 

il y avait pour compagnie les bêtes fauves

qui venaient chaque jour

visiter et caresser l’homme de Dieu,

et recevoir, avec sa bénédiction,

la guérison de leurs maux.

Il fut rencontré en son désert par des païens

qui, surpris de trouver un homme

familièrement entouré

de lions, de tigres, de loups et d’ours,

allèrent raconter cette nouvelle au gouverneur.

 

Blaise saisi peu de temps après comme chrétien,

fût poursuivi jusque dans son antre sauvage,

exprima sa joie profonde,

à la pensée de souffrir pour Jésus-Christ.

Arrivé devant le gouverneur :

"Insensé, lui dit-il, penses-tu me séparer de Dieu

par tes tourments ?

Non, non, le Seigneur est avec moi,

c’est Lui qui me fortifie !"

Les bourreaux le frappèrent à coups de verges

et le jetèrent en prison.

Quelques jours après,

le martyr est rappelé au tribunal :

"Choisis, Blaise, lui dit le juge,

choisis entre deux partis :

ou bien adore nos dieux, et alors tu seras notre ami,

ou bien, si tu refuses, tu seras livré aux supplices

et tu périras d’une mort cruelle.

— Ces statues que tu adores, reprend l’évêque,

ne sont pas des dieux,

mais les organes du démon,

je ne puis donc les adorer."

Le tyran, le voyant inflexible,

ordonna de l’attacher à un chevalet

*Et puis il fit apporter des peignes de fer,

avec lesquels on lui déchira le dos et tout le corps.

 La victime, se tournant toute sanglanté

vers le gouverneur,lui dit :"Déjà voisin du Ciel, 

je méprise toutes les choses de ce monde 

je me ris de vous et de vos supplices.

Ces tourments ne dureront qu’un instant,

tandis que la récompense sera éternelle."

Après de nouveaux interrogatoires inutiles,

Blaise fut jeté dans le lac voisin pour y être noyé 

mais il fit le signe de la Croix

et marcha sur les eaux

comme sur un terrain solide,

à la grande admiration de tous les spectateurs

de ce prodige.Le glorieux martyr

eut enfin la tête tranchée.

Tandis qu’il était en prison

on lui avait amené un enfant

sur le point d’être étouffé par une arête de poisson.

Blaise le guérit.

C’est sans doute pour ce fait

que l'on fait appel à lui pour les maux de gorge...

 

 

Saint Blaise souvenirs...Rigarda

C’était avec Sainte Eulalie des deux saints

Qui étaient vénérés a Rigarda à l’ancien temps

Tout cela est oublié de nos jours

Les églises sont fermées de peur d’être pillées

Je vais vous relater mes souvenirs de ce jour

Pas comme les autres

Nous les enfants comme les grands

Etions à la fête, point d’école ce jour là

Et nous préparions de charmants paniers

Avec des fruits qui étaient gardés à cette fin

Pour être bénis, et constituaient presque un médicament

Nous avions soigneusement disposés

Les plus belles pommes de l’été

Qui au grenier embaumaient, quelques oranges

Des noix des noisettes des figues sèches

Des oreillons d’abricot qui sur des claies avaient séchés

Le tout bien arrangé et par-dessus

Quelques (grains de sucre) même quelques bonbons

De la pâte de fruit faite à la maison

 
Saint Blaise souvenirs...Rigarda

Nous partions à l’église pour cette cérémonie

Un peu rituelle, c’était en d'autre temps

Durant la messe nos paniers et leur contenu

Embaumaient et on ne sentait plus l’encens

Mais celle de ces fruits mélangés

Nous présentions comme une offrande

nos paniers enrubannés préparés par nos grand-mères

qui y avaient mis tout leur savoir faire

C'était du plus bel effet ..

Et Monsieur le Curé de son goupillon avec force ardeur

Pour aller au plus loin ; les bénissait

C’est que tous y croyait

Quand on avait un mal de gorge

On faisait une infusion des plantes récoltées

Du tilleul, de la verveine, de la menthe

De la bourrache et autre comme la camomille

Une infusion sucrée par ces ‘ grains de sucre bénis ‘ ce jour

Ou même on y mettait un quartier de pomme

Une figue sèche ou autre de ces douceurs

bénies pour la saint Blaise

C’était aussi pour nous enfant un amusement

Et nous n’aurions pas manqué cette fête

Ou nous étions à l’honneur

Avec nos paniers charmants et odorants,

Tout est croyance et symbole

et mystères de la foi !

c'était une belle journée pour nous

souvent il faisait froid, et mos fruits

dans les corbeilles enrubannées

etaient notre récompense

Cette tradition s'est perdue

au cours du temps l'eglise est fermée

et il n'y a plus beaucoup d'enfants

Saint Blaise souvenirs...Rigarda

Voir les commentaires

Publié le par Rosie
Publié dans : #Rigarda en conflent
Saint Sébastien Rigarda en conflent

 

Ce jour c'est la Saint Sébastien

Il a une importance particulière

dans la communauté au sein de laquelle

nombre de catholiques homosexuels

le revendiquent comme Saint patron et intercesseur,

sans que cela soit reconnu officiellement par l'Église

Le prénom Sébastien

est fréquemment utilisé par les écrivains

comme référence oblique

ou même ouverte à l'homosexualité

par exemple: Brideshead revisited, d’Evelyn Waugh

ou Soudain l'été dernier, de Tennessee Williams

Son rôle de recours lors des épidémies de peste

a parfois été étendu à l'épidémie du Sida

 

Ô Saint Sébastien !

 

Les flèches de l'opinion sont parfois plus perçantes

que les vrais, car elles blessent et meurtrissent

ceux qui souffrent sans l'avouer

Saint Sébastien Rigarda en conflent

 

Voici ce que j'écrivais

Ce jour de janvier 2015 et je renouvelle n 2016 ...

Un an de plus est passé, moi j'ai pris une année

et c'est comme un mirage qui s'éloigne quand je m'approche

je ne réitère plus ma demande Monsieur le maire

car rien ne s'est passé, vous avez été réélu et n'avais rien fait

 

Monsieur le Maire il est temps de réagir

et de donner suite à cette demande de vos administrés

et de moi-même, qui me suis un peu impliquée

cela fera maintenant 17 ans que ce beau retable

gît ou moisit dans les ateliers de restauration

du département ...

 

Vous aviez reçu une subvention

de mon ami Jacques Blanc

Président de Région en ce temps

Subvention pour garder et restaurer cette merveille

que ni les touristes ni les fidèles ne peuvent voir

pour moi c'est gravé dans ma mémoire et dans mon Cœur

 

Hélas Laurence qui était mon médiateur

n'habite plus à Rigarda, et je le regrette,

je vous ai adressé un message

pour vous demander où vous en étiez

Dans ce projet qui me tient à cœur

 

Vous m'aviez promis de faire revenir le retable

à l'endroit où pour cacher le vide

il y avait une horrible bâche en plastique

Vous m'aviez aussi promis tout cela

il est vrai :

Que les promesses n'engagent que ceux qui y croient

je pensais que vous auriez cette fierté

de redonner à cette église toute sa dimension d'antan

je suis très déçue et j'avais fait remettre en main

la demande de subvention pour ce patrimoine

au service compétent et au Président de Région

Monsieur Christian Bourquin  qui de plus est catalan

Rien n'a changé et j'écrivais cela le cœur plein d'espoir

et 2012....Que faites-vous ?...

Hélas Christian est lui aussi parti

ce brave homme, et vous semblez 

Monsieur le maire ne plus rien faire

pour que revienne cette oeuvre dans

notre beau village blotti au pied du Canigou

comme l'an dernier je vais

vous adresser mes voeux  :voeux pieux sans doute

avez-vous conscience de tous ces trésors cachés

que l'on  ne peut pas voir si on n'est pas initiés

 

 

Ce que j'écrivais en 2012- 2013- 2014

et nous voici en 2015...Le temps passe

et nous sommes en 2017 hélas

 

Votre réunion m’avait dit Laurence

fut très chaleureuse ; Je n’en doutes pas

vous avez du évoquer notre rencontre

et nos actions conjointes

Laurence est le pivot de cette entente

virtuelle, qui s’est concrétisée au réel

et où chacun de nous, a regretté

de ne pas avoir connu l'autre avant

Nous aurions pu cheminer ensemble

Pour aller plus loin

Je vais me renseigner sur le vote du budget

De la région Languedoc-Roussillon

Et voir si nous avons été suivis

pour que vive de nouveau

L’image qui m’avait tant touchée

dans mon enfance

sur le retable de Saint Hyacinthe

où se trouvent d'autres Saints

celui qui avait retenu mon attention

c'était Saint Sébastien

Le corps criblé de flèches

et les yeux tournés vers le ciel

mon regard d’enfant était comme attiré

Par cette souffrance qui s’exprime de cette œuvre

Et puis en faisant des recherches j’ai trouvé

que ce Saint était de chez nous

D’aucun lui prêtent des origines de Milan

Et d’autres disent qu’il est Gaulois né à Narbonne

Une église lui est dédiée

Construite sur le lieu de sa maison Natale

Il est bien de chez nous..

Il fut martyrisé pour avoir encouragé

dans la foi et au glorieux martyre

deux prisonniers Chrétiens

il est le Saint patron des archers

 

 P1020499

 

 

 P1020516

 

 

 

 

Ô Saint Sébastien !

 

Les flèches de l'opinion sont parfois plus perçantes

que les vrais, car elles blessent et meurtrissent

ceux qui souffrent sans l'avouer

 

C'est pour moi qui m'étais engagée

dans la lutte contre le sida

une raison de plus ! Tout revient

tout semble écrit quelque part

j'espère vivement que nous fêterons

le retour du retable

et que nous pourrons encore

cheminer ensemble pour aller toujours plus loin..

 

 

 

 

1 Rigarda

 

 

 

 

chapelle gp 2

 

 

 

Et l'église vieille celle de Villéda

qui est délabrée et ouverte au vandalisme

ou sans doute squattée

que ferez-vous pour la protéger ?

c'est notre berceau celui de notre patrimoine

 

P1030782

 

 

Ceci est le retable retraçant la vie de Sainte Eulalie et Julie

qui eurent les seins coupés

 

Le retable de Saint Hyacinthe est sur le même modèle  !

on y voit l'archange Saint Michel, Saint Martin, Saint Antoine

Saint Sébastien, et la vierge tenant l'enfant..il est en restauration

ou en destruction : Dieu seul sait ce que vous en avez fait..

 

 

Saint Sébastien Rigarda en conflent


Comme l'a écrit Albert Einstein " il n'y a pas de hasard

c'est juste Dieu qui prend un déguisement

pour passer incognito ",

Il a fallu une belle rencontre sur le net

autour de l'Amour d'un petit village

niché au creux du Conflent pour vous faire revenir à Rigarda

...Le Temps était venu pour la réconciliation

autour d'un Noble projet

qui honore avant tout la mémoire de Lisa  (votre grand-mère)

et va rendre au village la beauté de son église ...

fallait il aussi que ce fût autour de saint Sébastien

martyr qui est tellement d'actualité

avec notre "peste"contemporaine et toutes les fléches

de mépris et de jugement

qui transpercent les vies des malades du Sida ...

Vous avez la Force et la Foi 

pour mener à bien cette magnifique quête...

Mon plus beau souhait est simple

Nous nous reverrons au printemps

pour fêter le retour du retable

et saint Sébastien reviendra veiller sur nous

 

Saint Sébastien Rigarda en conflent

Voir les commentaires

Publié le par Rosie
Publié dans : #Rigarda en conflent
Pour Saint Vincent !

Le 22 Janvier

est le jour de la fête des vignerons

 

Le jour de Saint Vincent

texte extrait de mon livre

" Par les yeux de Lisa"

 

 

Voici des souvenirs  qui sont toujours en moi

ce jour était pour ma grand-mère un renouveau

 

Lisa suivait à la lettre les fêtes les coutumes

et son imagination,

était comme une bouffée de jeunesse revenue

J’aurais pu ouvrir une page du livre

qui lui est dédié

«  Par les Yeux de Lisa »

Mon écriture a évoluée

et parfois je ne me retrouve plus

dans ce récit écrit pour elle

depuis tant d’années

Je vais, avec mon regard nouveau

vous faire partager son émoi

ce jour de Saint Vincent

Elle était souriante et malicieuse 

Je lisais tout dans ses yeux

qui étaient le reflet de son coeur

et de mon bonheur ses yeux d'un bleu d'azur

que j'aimais car j'y lisais tout

il étaient mon horizon

 

Pour Saint Vincent !

Levée de bon matin, elle allumait le feu

C’était la gardienne du foyer

Ensuite elle déjeunait et vaquait

à ses occupations ménagères

il y avait toujours des légumes à éplucher

pour faire la délicieuse «  Ollada »

elle y mettait du jarret de jambon

et des légumes du potager

qu'elle allait cueillir ou ramasser

poireaux, céleris carottes,

Et quelques fines côtes de blettes

 

Elle aimait cuisiner et faisait des merveilles

ce jour après le repas, elle me regarde

avec complicité

Et me dit « Nine» je reste dedans aujourd’hui !

L'entrée du village ...

L'entrée du village ...

 

Serais-tu souffrante ma tendre grand-mère ?

Mais non Nine tu sais bien ?

que j’attends quelqu’un !

je savais que c'était cher à son coeur

Ah ! oui je savais ,mais faisais l’innocente

car ce rendez-vous était programmé

dans sa mémoire et ses sentiments !

elle attendait qui ? un galant !

elle restait mystérieuse ,rieuse et espiègle 

car je connaissais le beau monsieur

qui allait se présenter : je lui énonçais des prénoms

pour la faire réagir Serait-ce Martin ton cousin

ou Léon ou sans doute Edmond

Oh oui Edmond, mon frère et mon neveu

sont  chers pour moi ..

Et alors est-ce un homme ou une femme 

que tu attends ...

 

Nine les deux à la fois !

 

Et pourquoi tu ne vas pas l'attendre au coin de la rue

cet être si cher qui illumine ton regard !

 

Il la faisait tournoyer, se déplacer

Elle se mettait devant une fenêtre pour attendre

il venait lui rendre ce jour une brève visite 

et puis viendrait plus souvent

quand ils auraient fait

plus ample connaissance

que de beaux souvenirs, quelle innoncence

quelle belle romance !

 

 

Serais-tu souffrante ma tendre grand-mère ?

Mais non Nine tu sais bien ?

que j’attends quelqu’un !

je savais que c'était cher à son coeur

 

Ah ! oui je savais ,mais faisais l’innocente

car ce rendez-vous était programmé

dans sa mémoire et ses sentiments !

elle attendait qui ? un galant !

elle restait mystérieuse ,rieuse et espiègle 

car je savais quel beau monsieur

allait se présenter je lui énonçais des prénoms

pour la faire réagir Serait-ce Martin ton cousin

ou Léon ou sans doute Edmond

Oh oui Edmond, mon frère et mon neveu

sont  chers pour moi

Et alors est-ce un homme ou une femme 

que tu attends ...

 

Nine les deux à la fois !

 

Et pourquoi tu ne vas pas l'attendre au coin de la rue

cet être si cher qui illumine ton regard !

 

Il la faisait tournoyer , se déplacer

Elle se mettait devant une fenêtre pour attendre

il venait lui rendre ce jour une brève visite 

et puis viendrait plus souvent

quand ils auraient fait

plus ample connaissance

 

 
Le clocher sous un ciel d'azur..

Le clocher sous un ciel d'azur..

 

Est-ce un oiseau qui vient se poser

et qui te fait cet effet

est-il sur le toit d'en face ? 

 

Elle s’installait devant la fenêtre

Il y avait sa travailleuse en bois torsadé

recouverte d’un tissus de toile catalane

c’était un lieu où je n’avais pas encore accès

il y avait des cotons floche de toutes les couleurs

en camaïeux dégradés

Des rouleaux pour imprimer des broderies

Avec une encre spéciale,

Des boutons de toute sorte

des nacrés d’autres en bois

et passementerie

Il y avait les baleines de corsets

de ceux qui avaient aussi des lacets

C’est pour cela que trônait un beau passe-lacet

et des morceaux de rubans

de taffetas et de satin,

de ceux quelle me mettait dans les cheveux 

Pour Saint Vincent !

 

Bref, c’était à mes yeux merveille

de voir tout cela : le fil mercerisé,

l’écheveau de laine

les broderies les dentelles

je l’a regardais,

elle était comme transportée

faisant semblant de prendre un ouvrage

son cœur était ailleurs ainsi que sa pensée

 

Que fais tu douce grand-mère? 

je le pensais et je savais

et faisais semblant de rentrer dans son jeu 

elle avait eu si peu de chance dans sa vie

avait éconduit les galants pour s'occuperde nous

que j’apprécierais celui-ci

je l’aimais aussi ce visiteur

il était parmi mes préférés

Elle était assise et de temps en temps

regardait l’heure

son regard allait se poser ailleurs

sur le toit de la maison d’en face

et puis doucement elle disait

le voila !  il est là bas sur le toit du voisin

il arrive et comme un oiseau il va se poser

sur mes genoux pour les réchauffer

le clocher du village en hiver !

le clocher du village en hiver !

 

Oh ! mémé  !♥♥ ton charmant visiteur arrive 

Oui, regarde il traverse la rue,

Il n'est pas loin, ouvre la fenêtre ! 

 

Et tout à coup l’astre merveilleux

qui remonte dans sa course

passe sur le mur, sur les toits

et rentre chez nous, apportant

une si belle lumière,

que tout est transformé 

il inonde la pièce

où nous nous tenions

C'etait seulement quelques instants

et tout était transformé

 

Demain ce serait un peu plus de présence

et chaque jour d’avantage

alors heureuse soupirant de joie

Elle disait en Catalan ;

 

Pour Saint Vincent

le soleil rentre à travers le vitrail

 

 

Voici le mystérieux visiteur

Qui était attendu avec autant de ferveur

Ô !  Lisa ! j’ai la photo de la maison

Les fenêtres sont closes

tu ne verras pas le  soleil

tu es toi même un soleil

et c’est moi qui t'attends

et ce jour je pense à toi et tes mystères

Tu avais une complicité avec les astres 

et tu as du me léguer ce bien

J’aime tant ce soleil 

tu es ma lumière en toute saison

C'est bon de pouvoir partager cette émotion

 

Quelques photos mélangées

 

Une vue au soleil généreux

très belle, tu ne l'as pas connue

et ce qui nous réunit ! 

Notre étoile secrète...

l'église de Rigarda 

  

 
Le cimetière là où repose Lisa..

Le cimetière là où repose Lisa..

Souvenirs émouvants 

je revois ma grand-mère et son attente

elle était heureuse enjoué

et avait gardé un coeur d'enfant

et tous les ans je pense à elle en ce jour

J'ai mis quelques photos du village

son clocher typiquement Catalan

une ruelle, et l'entrée de Rigarda

et puis là où elle repose

dans toute la noblesse de son coeur

et de notre amour, qui ne tarit pas

Elisa, Lisa notre adorable grand-mère

que j'ai aimée comme une mère

la mienne etant partie quand j'étais encore

une fillette..Que d'amour j'ai eu pour elle

Nos grands-mères étaient des anges

elle est parmi les anges et me protége

 

 

Une ruelle qui arrive à la rivière...

Une ruelle qui arrive à la rivière...

Voir les commentaires

Publié le par Rosie
Publié dans : #Rigarda en conflent
La crèche de mon enfance...

La crèche la crèche

elle était dans notre église

et puis chacun chez soi la faisait aussi

ce n'était pas comme maintenant

on veut on exige ....Et bien faites comme moi

pas du tout prêt , mais du sur mesure

fait avec notre coeur, et nos mains pas très habiles

C’était un très pieux moment

pas comme maintenant où on veut on exige

Faites comme je le faisais enfant

c'était bien plus agréable

de montrer notre savoir faire, notre volonté

Nous participions tous les enfants

et même montions sur l'échelle

pour mettre tout en haut l'étoile

Celle des jours de fête

A minuit du 24 au 25 à cheval sur deux jours

et sur deux solstices, au minuit Chrétien qui résonnait

on portait l'enfant Jésus

le sauveur notre rédempteur

que l'on déposait avec le plus grand soin

vous pourrez lire sa confection

celle de la crèche de mon enfance

La crèche de mon enfance...

Préparatifs de noël à l’ancien temps

 

Texte tiré d'un de mes livres

 

En ce temps là à Rigarda ,

nous confectionnions une crèche

Sous l’œil attentif d’Odette qui nous guidait

Nous étions, nous, les fillettes

chargées d’aller dans les sous-bois

derrière le barrage pour cueillir des mousses

on prenait un grand soin de les décoller

en gardant ce qui y poussait

des fougères et quelques herbes

Nous allions ensuite chercher

des galets de la rivière,

nous les choisissions avec soin

Ils étaient aussi ramenés

pour faire la crèche

Les garçons avaient pour mission de ramener

des branches avec leurs feuilles

ou des  vieilles souches de plants de vigne

 

La crèche de mon enfance...

 

Nous avions tout ce qu’il fallait

Les montagnes et la grotte étaient en papier beige

Colorié par nos soins, pour y faire des tâches

Vertes ou marron, et puis nous apportions

du coton hydrophile, qui, en petits lambeaux

devenait des flocons de neige

Lorsque l’essentiel était fait,

nous n’avions qu'a mettre la rivière

simulée par du papier d’argent

c’était celui qui emballait le chocolat

Cantalou-Catala qui se fabriquait à Perpignan

ensuite il fallait placer tout le long les jolis galets

C’était pour nous une fête

Et cela nous demandait de l’entrain

de l'imagination et un savoir faire

La crèche de mon enfance...


Les mousses vertes ou plus brunes

avec quelques feuilles de chêne qui étaient tombées

ferait un décor : tout le long de notre sillon d’argent

on mettait au coin à gauche un semblant d’arbre

ou un cep de vigne qui ornait

C’était à la campagne, il y a longtemps

nous n’avions pas grand-chose en ce temps 

 

Ensuite nous installions la crèche

avec les personnages

L’âne et le bœuf

Joseph et Marie, et des animaux

Sur le papier ils semblaient être sur une montagne

il y avait quelques moutons et brebis

Le pâtre son chien et son troupeau,

La vieille et le remoulaïre

Les métiers d’alors !

Et le ravi ; l’innocent celui qui est toujours content

Il y avait des femmes portant des fagots

Là bas le rouet et le genêt à filer

Et les fougères pour faire un écran de verdure

Qui cachait le pécheur et son panier

La crèche de mon enfance...


Plus haut l’étoile qui indique un jour de fête

qui annonce la venue de l’enfant

Et des anges joufflus

qui  chantent et nous gardent ;

l’enfant ne sera mis

qu’après le minuit Chrétien

et porté en procession par le prêtre

et ses acolytes ! Tout était prêt

pour l’accueillir dans l’étable la paille

il sera posé délicatement

tout est symbole et dans nos cœur

ce grand moment de la naissance

de notre sauveur

que l’on y croie ou pas

c’est dans notre rituel c’est pour nous noël

Et plus tard arriveront

ceux qui sont venus adorer Jésus

les rois mages et leurs offrandes 

 

Nous étions satisfaits de notre réalisation

Il manquait les lumières mises en guirlandes

L’enfant Jésus pouvait arriver :

tout était prêt pour l’accueillir

Même le petit sapin qui était aussi présent

Et faisait partie du décor

Ce décor de la crèche de notre petite église

De Rigarda : C’était une joie…

nous la composions tous les ans avec ferveur et joie

 

C'est mon amie Lisa , qui a parlé de la crèche

confectionnée pour sa pitchounette

et aussitôt dans ma tête

tout s'est bousculé, et finalement

pas grand chose n'a changé

 

La crèche de mon enfance...

C'était une coutume, qui nous animait

nous les enfants du village, et nous allions

avec entrain tout chercher aux alentours

pour créer et permettre aux fidèles

de voir et d'admirer notre travail, 

j'ai oublié qu'il y avait un âne en forme de tire-lire

qui bougeait la tête quand nous mettions une piéce 

gardons nos belles traditions

nos belles fêtes de famille

où on se rassemble en ce jour ce sont nos valeurs

C'est la nativité, et on chante et on prie

L'enfant Jésus est né à minuit

en principe il est dit le 24 jour du solstice d'hiver

à cheval sur les deux et de même entre deux jours

La crèche de mon enfance...

Voir les commentaires

Publié le par Rosie
Publié dans : #Rigarda en conflent
Je rêve toujours de toi Rigarda !!!
 
 
Rigarda en Conflent
charmant village de mon enfance
blotti au pied du Mont Canigou
je rêve encore et voudrais revenir
C'était hier..avant hier...et peut être demain
qui sait ? une envie folle de revenir
revoir mes amis de Rigarda
 
j'écrivais ....
 
 
Me voici revenue de mon petit voyage
sur les terres de mon enfance
J’avais comme allié
le soleil pour m’accompagner
le ciel bleu, et le mont Canigou
qui m’attendait en majesté
tout était réuni ce jour
pour en faire une belle promenade
 
 
P1030778
 
 
 
 
 
 
 
 
Belle promenade, je suis passée
devant le lac de Vinça où plus loin
se situe la propriété de mon cousin
deux maisons sont au fond du barrage
j’ai pensé à ces bons moments
que nous partagions aux » escoumes »
et revu : Les arbres l’allée des roses
la mare avec les grenouilles
et  j'ai entendu
nos rires sous le tilleul en été
où il y avait de grandes tablées
 
 
J’ai pensé à Martine en passant
devant l’embranchement de la route
de Joch et de Finestret
les autres capitales de notre cœur
le ciel était riant
et j’ai rencontré des gens charmants
tout était réuni ce jour
il y avait des ondes qui me portaient
et une main qui me guidait
dans mes démarches
 
P1020483
 
 
 
 
Devant la porte, de notre ancienne maison
il y a un laurier rose
et des fleurs partout
dans le moindre interstice
où il y a un peu de terre
c’est la vie qui fleurit
sur ce chemin  celui que j’ai emprunté
 
P1020443
 
 
 
En arrivant
 
je suis allée faire une visite me recueillir
sur la tombe de ma grand-mère
munie de l'extrait de sa généalogie
qui m'avait été aimablement adressée
par Sylvain Chevauché
quelle femme ? quel destin 
j'ai refait le chemin celui de mon enfance
 
Au bord de la rivière lieu protégé et ombragé
avec Laurence nous avons grignoté
elle n’avait pas oublié son élixir de jouvence
l’eau de la fontaine
qui descend du Canigou
elle est meilleure que n’importe quelle eau de source
 
Sous les arbres
 
Nous avons joué à ombre et lumières
c’était charmant de se trouver en ce lieu 
le beau temps était avec nous
au bord de la rivière
là où j’allais chercher des galets
j'ai fermé les yeux pour m'y transporter
 
 31491 399519798804 837793804 4012627 5865560 n
 
    
 
Et puis au bord de la rivière aussi
nous avons pris le café
en charmante compagnie
nous avons évoqué nos souvenirs
ce qu’il en restait
et sommes remontés à l’église
toujours merveilleuse
J’ai pu photographier la vierge
qui fut offerte pas ma mère
Il y a bien longtemps !
C’était charmant je suis repartie
avec du vin de Domanova
Symbolique pour moi
Sur l’étiquette il y a l’ermitage
 
 
 
P1020499
 
 
 
 
P1030797.JPG
 
 
 J’avais ta tête pleine
de belles choses,
j’ai pensé à vous mes amis
qui par la pensée me souteniez
Et je voulais vous remercier
Pour ces bonnes ondes
qui sont arrivées jusqu’à moi
Belle journée à marquer
d’une pierre blanche
D’une joli pierre polie
Par l’eau  qui coule dans la rivière
Celle de Rigarda
une pierre lumineuse
avec quelques paillettes d'or
comme je les imaginais enfant
   
      P1020485
    
Chaque ruelle porte en elle un doux souvenir 
j'allais enfant tous les jours en rentrant de l'école
à la fontaine remplir d'eau les cruches d'Antoinette
qui était une cousine de ma grand-mère
et avait des difficultés pour marcher
ses deux cruches étaient en étain
et même vides etaient lourdes pour mes jeunes bras d'enfant
de plus la rue était en pente et c'était une epreuve à surmonter
mais ensuite quand on était chez elle
dans son jardin clos, c'était comme un paradis
   
 
31491 399504443804 837793804 4012239 7460082 n
 
 
 

 

Et puis au bord de la rivière aussi

nous avons pris le café

en aimable compagnie

nous avons évoqué nos souvenirs

ce qu’il en restait

et sommes remontés à l’église

toujours merveilleuse

J’ai pu photographier la vierge

qui fut offerte par ma mère

Il y a bien longtemps !

C’était charmant je suis repartie

avec du vin de domanova

Symbolique pour moi

Sur l’étiquette il y a l’ermitage

avec Maryse et jean-Noël nous avons pris le café

sur un lieu qui etait avant l'aire ou on battait le blé

et ou nfants on se rassemblait nous sommes remontés à l'église

Agnés nous accompagnait

Maryse ouvrit le tabernacle et demanda des grâces

pour nous et pour ma venue

 

Je rêve toujours de toi Rigarda !!!

Voir les commentaires

Publié le par Rosie
Publié dans : #Rigarda en conflent
Nos jeux d'antan....

 

Vous souvenez-vous

de nos jeux d’enfant ?

 

 

Quand nous jouions à la marelle

cerisiers roses et pommiers blancs

ceci est la chanson

nos jeux c'était dans la cour de recréation

Un, deux, trois

un pied léger à cloche pied !

Quatre cinq..Des deux pieds un palier…

Six, peut-être je ne m’en souviens plus

Et puis les deux pieds de nouveau sept et huit 

Nombre magique et puis l’arrondi le ciel

Des carrés, la terre, un cercle l’infini …

c'est un parcours de vie  

 

   

J'ai eu l’impression et je la garde

que nous  retombons parfois en enfance

ou en adolescence on joue par la lucarne 

celle de l'ordinateur  

 

 

imagesCAC0JUOQ

 

  

Ceci me rappelle, et ceux qui sont plus anciens

s’en souviendront

que d’un rien on jouait

en plaçant une bricole dans une main et en faisant

un, deux, trois, c’est celle-là

une chance sur deux !!!

et puis il y avait ce jeu

où on cachait une chose et il fallait trouver

où elle était..

et on disait

tu chauffes

tu refroidis, si on s’éloignait

ou bien tu chauffes, tu brûles

Ah tu as trouvé !

C’était un jeu d’enfant

Et plus subtil celui des adolescents

c'était un peu la découverte

du corps de l'autre

   

 

P1010843

    

Et je me souviens de ces parties

De  cache-cache pas banales

dans le village de mon enfance

que voici  : Rigarda en conflent

Où après le mois de Marie en Mai

On allait dans tout le village pour jouer

en groupes on se cachait

Il me semblait qu’en fermant les yeux

On ne me verrait pas !

Jeux  innocents pour moi  petite-fille

 

 

 

291960 1990675121837 1092124923 31647687 1186300880 n

Clocher de Rigarda par Laurence  

 

il y avait aussi les billes pour les garcons

et les cyclistes miniatures

qu'ils faisaient grimper

sur des montagnes qu'ils  construisaient

souvent l'été sur le sable

mes enfants y ont aussi joué

 

 

A l'école c'était souvent

A la marelle

Au chat perché

A la corde

A tu chauffes ou tu refroidis

A Colin-Maillard..un peu jeu de mains

Vous en souvenez-vous

C’était entre filles et garçons pendant la récréation

Sous l’œil vigilant de la maîtresse d’école

C’était des jeux d’enfants

 

Et maintenant la chanson au clair de la lune

celle que je suis allée capturer

est une chanson certes enfantine

mais pleine de symboles, il y a la lumière

au clair de la  lune mon ami Pierrot

ouvre moi la porte  

c'est pour moi un autre regard…

 

 

Nous avions des machines à coudre,

des fers qui ne repassaient pas et des dînettes

pour faire manger nos poupées

je me souviens de la beauté et finesse

du décor et de la porcelaine de ces jouets raffinés

nous en prenions grand soin

pas de boites magiques , des plumiers

des plumes, des crayons et du beau papier

pour dessiner

 

 

 

colin

 

 

 

Quelques vers de Baudelaire cités par LISA

 

 

L’enfant voit tout en nouveauté;
il est toujours ivre.
Rien ne ressemble plus à ce qu’on appelle l’inspiration,
que la joie avec laquelle l’enfant
absorbe la forme et la couleur..

   

Voir les commentaires

1 2 > >>