Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LE BLOG DE ROSIE

LE BLOG DE ROSIE

Ce blog a été crée pour partager mes émotions, mes coups de cœur, mes états d'âme ,Pourquoi j’écris ? Pour vivre, pour parler de l'amour pour que le sentiment, l’émotion prennent corps, pour que l’âme chavire, pour que le ciel se teinte de rose - parce que l'on peut rêver et en faire une réalité. - Ecrire pour louer le jour et attendre la nuit, où l'écriture est plus facile..Écrire en choisissant les mots pour panser des maux ♥

Articles avec #mythologie catégorie

Publié le par Rosie
Publié dans : #Mythologie
Qui veut aller trop haut ?...

Voila pourquoi je veux faire un travail sur le labyrinthe

Le mythe d'Icare m'a toujours passionnée

Voler plus haut ! pour la liberté

pour m'évader de ce monde et retrouver

un élan de spiritualité

L'homme a toujours voulu aller plus haut et plus loin

ce rêve est décrit dans ce texte

c'est celui de Dédale et Icare son fils

c'est aussi la description du labyrinthe

on s'y perd pour mieux se retrouver ( en soi )

c'est aussi l'escargot et le fil d'Ariane

tout en un , et toujours épris de liberté

l'homme a trouvé, il vole s'envole

pas de ses propres ailes

il a trouvé les moyens de passe des mers

des océans des montagne à parcouru de longues distances

pour rencontrer d'autres hommes

pas toujours dans un esprit de fraternité

Avec des ailes on peut voler s'élever plus haut

et voir plus bas le monde  ...

Ce monde en évolution , qui nous dépasse

ou nous essayons de trouver des solutions

pour cela il faut de la sagesse ..Méditons

Qui veut aller trop haut ?...

Le mythe de Dédale et Icare

qui est raconté dans les Métamorphoses d’Ovide

relate comment l’ingénieux Dédale

a tenté de fuir le Labyrinthe

en fabricant des ailes pour lui-même et son fils.

Mais l’imprudent Icare

s’approcha trop près du soleil et tombe dans la mer.

 

Dans la mythologie grecque,

Dédale est présenté comme

un inventeur et un Architecte

il est reconnu comme le plus éminent mortel

parmi les artisans et les inventeurs.
 

Icare est le fils de Dédale

et d'une esclave crétoise, Naupacté.

Membre de la famille royale d'Athènes

Dédale fut obligé de quitter la cité

après avoir tué son cousin Perdix.

Il trouva refuge en Crète

et se mit au service du roi Minos et de sa famille.

 

Dédale montra à Ariane comment sortir du labyrinthe 

et celle-ci aida Thésée avant de fuir avec lui.

Furieux, Minos emprisonna Dédale et son fils Icare

dans le Labyrinthe : c’est là que commence le mythe

de Dédale et Icare.

Qui veut aller trop haut ?...

 

Le mythe de Dédale et Icare

raconte que Dédale eut l’idée de s’enfuir par la voie des airs

car il ne pouvait retrouver son chemin dans le Labyrinthe.

Il récupéra des plumes d’oiseaux et fabriqua deux paires d'ailes,

qu'il fixa avec de la cire à ses épaules et à celles de son fils.

Avant de prendre leur envol, Dédale recommanda à Icare

de ne pas s'élever trop haut la cire pouvait fondre à la chaleur du

soleil.mais l’imprudent Icare oublia la mise en garde de son père

et monta de plus en plus haut.Ses ailes se détachèrent

et il tomba dans la mer qui porte désormais son nom : 

la mer icarienne.
 

Dédale poursuivit sa route

sans accident et atterrit en Sicile

où il fut accueilli par le roi Cocalos.


Signification symbolique

symbolise le désir de l'homme minotaure

d'aller toujours plus loin,

au risque de devoir finalement

reconnaître sa condition de simple être humain.

La chute d'Icare peut ainsi être interprétée

comme une mise en garde rappelant le châtiment

qui menace les hommes

qui font preuve de démesure et de témérité.

 

Rendu furieux par cette fuite,

Minos décida de retrouver Dédale.

Pour y parvenir, il employa la ruse.

Il fit proclamer partout

qu'il accorderait une grande récompense

à quiconque réussirait à passer un fil

dans les volutes d'une coquille

aux spirales particulièrement enchevêtrées.

Dédale déclara au Roi de Sicile

qu'il se faisait fort d'y parvenir.

Il perça d'un petit trou l'extrémité de la coquille,

fixa un fil à la patte d'une fourmi,

introduisit la fourmi dans l'orifice, qu'il boucha.

Quand la fourmi sortit enfin par l'autre extrémité de la coquille,

Le fil l'avait suivie dans tous ses tours et détours. 

 

«Seul Dédale pouvait imaginer pareil stratagème»,

On a toujours besoin d'un plus petit que soi !! 

Qui veut aller trop haut ?...

Ce texte est passionnant, 

 

quand je pense qu'en Grèce

à Epidaure en allant sur les pas d'Hippocrate,

j'ai vu les vestiges du labyrinthe où on enfermait des malades

et on pouvait ainsi séparer les vrais malades

de ceux qui étaient d'origine psychologique

tout m'a plu en Grèce sur les traces du Dieu de la médecine

l'histoire du Caducée ! le symbole de ce bâton inviolable

Tout est symbole, tout est dans la connaissance de soi

Du Mythe et de la mythologie, qui nous enseigne la sagesse

 

Véritable chemin initiatique,

le labyrinthe symbolise le voyage que l’homme doit accomplir

à travers les épreuves et les difficultés de sa propre existence.

Au centre du labyrinthe, il doit tuer le Minotaure,

son Minotaure,

symbole des forces obscures qu’il héberge en lui,

de l’animalité et de la mort du mal par rapport au bien

 

Le labyrinthe, c’est le corps

 

où sont enfermées ces forces obscures,

La victoire sur le Minotaure est alors une victoire sur soi-même.

En son centre s’opère une mutation un accomplissement.

Plus tard, les philosophes grecs comme Platon diront

que le labyrinthe devient la métaphore

d’une situation inextricable

où on se perd pour mieux se retrouver ( en soi) en ayant

vaincu les peurs et les craintes

 

Qui veut aller trop haut ?...

Voir les commentaires

Publié le par Rosie
Publié dans : #Mythologie
Les Mythes et Mystères...Proserpine et sa mère Déméter

Oh ! Zut  Proserpine

n'est pas encore venue  retrouver Déméter

J'ai fait le tour de mon jardin

La tramontane vient de se lever J’ai beaucoup travaillé

Pour accueillir le printemps et devinez,

 

je l’attendais ce moment béni celui où les grenadiers

plantés pour sainte Catherine auront pris racine ,

ils ont donné de belles fleurs l'an dernier

il y a des renflements sur les bâtons

sur des bois qui semblaient morts

pas de fruits encore

mais de belles fleurs d'un rouge orangé

et un feuillage abondant

C'est le signe que la végétation repart doucement

Le renouveau avec le soleil que Déméter avait retenu

pour se venger de l'enlèvement de sa fille...

 

Les Mythes et Mystères...Proserpine et sa mère Déméter

Proserpine est depuis quelques temps

de retour des enfers où elle est retenue par son père

et à la belle saison, va rejoindre sa mère Déméter  

Déesse de la germination du blé des semences

du renouveau de la nature

et oui, je vais pouvoir regarder 

s’ouvrir les bourgeons : ceux des grenadiers

et vous parler de Prosérpine ou Perséphone divinité infernale ,

elle est aussi à l’origine une déesse du blé

de la fertilité du sol elle est liée à la mort,

celle des semences qui sont gardées dans l’obscurité

pendant des mois,et reviennent à la vie

après l’ensevelissement

C'est le mythe de Proserpine

qui donne naissance aux rites des mystères d’Éleusis

j'ai appris ce jour que pour qu'un noyau d'olive

puisse germer, dans les meilleures conditions 

il faudrait 12 ans, et la main de l'homme

pratique des clonages et entervient pour percer le noyau

et provoquer le germination

Les Mythes et Mystères...Proserpine et sa mère Déméter

 

Le retour sur terre de la déesse

est une promesse de  résurrection 

de renaissance, de fertilité

je viens de faire la tour du jardin

il y a du travail pour remettre tout en état 

j’aime ce temps où je m’active dehors 

en ayant  ensuite le plaisir de retrouver

mon ordinateur et au bout

mes amis vous tous

Après les travaux manuels

place aux recherches

c’est mon meilleur moment

celui ou je compose comme sur une palette 

avec mon coeur et mon esprit en éveil

en ajoutant tout ce que j'apprends

par une belle transmission orale

et symbolique sur notre interdépendance

à l'univers et aux végétaux

Tout est Un.

 

Avec des alternances, des couleurs

des nuances, c’est cela la vie,

faite de systoles et de diastoles

on travaille, on se repose

inspirez expirez

dirait une amie : et oui c’est beau la vie

cette complémentarité parfois dualité

dedans et dehors, un sacré travail

partout intéressant,

le jardin et ses abords

sont sortis du chaos de l'hiver

ils retrouvent une harmonie 

quand l'homme de l'art est passé par là

pour tailler, planter et coiffer le arbustes

Les Mythes et Mystères...Proserpine et sa mère Déméter

Les Mystères d'Eleusis

Devinrent une sorte de religion

et les "mystères centraux"

Étaient ceux de la mort et de la résurrection

concept que l’on retrouve

Quasiment dans toutes les cultures

Symbolisées par la décomposition

de la graine dans la terre

et sa réapparition sous la forme d'un être vivant

S’envolant vers une lumière divine.

Les Mystères d'Eleusis

comportaient des cérémonies 

qui se déroulaient en deux temps

Les débutants étaient d'abord initiés

aux "petits Mystères",

Célébrés au printemps dans le faubourg Athénien,

et les initiés aux grands mystères

où ne participaient que les Athéniens

Les Mythes et Mystères...Proserpine et sa mère Déméter

L'enlèvement de Proserpine

L’enlèvement de Proserpine est un des plus vieux mythes

créés pour expliquer le cycle des saisons.

Proserpine est la fille de Cérès ou Démétra, la déesse de

l’agriculture et des moissons.

Pluton le dieu des enfers, amoureux de la jeune fille, décide

d’enlever Proserpine, alors qu’entourée de ses amies les nymphes,

elle cueillait des fleurs au pied du volcan Etna.

Pluton fendant la terre de son char tiré par des chevaux noirs,

s’empare de la jeune Proserpine.

La mère de la jeune fille, Déméter, entend les cris mais elle ne

comprend pas d’où ils proviennent. elle erre pendant neuf jours et

neuf nuits sur la terre sans manger

ni boire, un flambeau dans chacune de ses mains

à la recherche de sa fille.

Furieuse elle rend la terre stérile mettant en grave danger

l’humanité, alors Jupiter, le frère de Déméter intervient…

Mais, lors de sa permanence dans les enfers

(ici le règne des morts)

Proserpine mange trois grains d’un fruit, de grenade,

elle avait mangé la nourriture des mortels

Que faire?

Car Proserpine est donc liée pour toujours au règne des Morts.

C’est alors qu’une solution est trouvée,

Proserpine passe 6 mois avec sa mère Déméter

qui heureuse d’avoir sa fille auprès d’elle, rend la terre fertile

et 6 mois avec son mari Pluton et alors Déméter porte le deuil ,

la terre est stérile c’est l’hiver.

La représentation du mythe avait lieu, du temps des romains,

dans le Circus Maximus le 12 avril.

L’histoire nous a été racontée par Ovide dans les

« Métamorphoses »,

 

Les Mythes et Mystères...Proserpine et sa mère Déméter

Voir les commentaires

Publié le par Rosie
Publié dans : #Mythologie
La Nymphe Daphné et le Laurier

Après la pluie vient le soleil et au loin l'arc-en-ciel

les lauriers dans le jardin sont en émoi

Le soleil les caresse, et doucement montrent leurs fleurs

le laurier est symbole de couronne ouverte ou fermée

c'est selon : le symbole est différent

La couronne de laurier est posée sur la tête du vainqueur

C’est aussi le symbole du Dieu Apollon

et une belle histoire que vous lirez sur cette page,

Apollon et la nymphe Daphné..

Transformée en laurier pour se dérober des assauts du Dieu

qui voulait l’aimer !

La Nymphe Daphné et le Laurier

Le laurier sera bientôt en fleur

en principe c'est pour la semaine Sainte

on prend des branches pour la fête des rameaux

qui sont bénies en même temps que de l'olivier

chacun prend une branchette en signe de protection

le laurier comme l'olivier ont une ramure

verte toute l'année   

C'est biblique mythologique, et suivant les coutumes

En Espagne ce sont des Palmettes

Voici pour vous Le Laurier et sa symbolique

Bac à Lauréat ; c'est baies de laurier

pour couronner nos victorieux sportifs ou candidats

on tresse une couronne signe de réussite

de gloire de victoire ! je vous offre cette lecture

il y a de nombreuses expressions

Tête laurée

s'endormir sur ses lauriers

se reposer sur ces lauriers

fletrir ses lauriers

ce texte et sur le laurier et sur la nymphe

transformée en cet arbre ou arbuste

que l'on trouve chez nous dans le midi

et qui sert aussi comme aromate

pour parfumer nos sauces.

 

 

La Nymphe Daphné et le Laurier

 

La métamorphose de Daphné

Daphné était une nymphe très belle


Fille du fleuve Pénée

Daphné fut le premier objet de la tendresse d'Apollon

Cette passion fut la vengeance cruelle de l'Amour irrité

 

pour se venger d'Apollon, qui s'est moqué de lui

Cupidon, dieu de l'Amour

décoche simultanément deux flèches

une en or sur le dieu lui-même

qui le rend fou amoureux de la belle Daphné

L'autre en plomb sur la nymphe

qui lui inspire le dégoût de l'amour

Daphné fuit l'amour :

elle s'enfonce dans les forêts, où comme Diane,

elle aime à poursuivre les animaux

et se parer de leurs dépouilles :

un simple bandeau rassemble négligemment

ses cheveux épars.

La Nymphe Daphné et le Laurier

Alors qu'Apollon la poursuit

celle-ci, épuisée dans sa course pour se cacher

demande à son père,

le dieu fleuve Pénée de lui venir en aide :

À peine elle achevait cette prière

ses membres s'engourdissaient

une écorce légère pressait son corps délicat

ses cheveux verdissaient en feuillages

ses bras s'étendaient en rameaux;

ses pieds, naguère si rapides,

se changeaient en racines, et s'attachaient à la terre :

enfin la cime d'un arbre couronna sa tête

et en conserva tout l'éclat.

  

Apollon l'aime encore;

il serre la tige de sa main,

et sous sa nouvelle écorce il sent palpiter un cœur.

Il embrasse ses rameaux

il les couvre de baisers

que l'arbre paraît refuser encore :

 

"Eh bien ! dit le dieu

puisque tu ne peux plus être mon épouse

tu seras du moins l'arbre d'Apollon

Le laurier ornera désormais

mes cheveux ma lyre et mon carquois :

il parera le front des guerriers du Latium

lorsque des chants d'allégresse célébreront leur triomphe

et les suivront au Capitole :

 

Tes rameaux, unis à ceux du chêne

protégeront l'entrée du palais des Césars

et, comme mes cheveux ne doivent jamais

sentir les outrages du temps 

tes feuilles aussi conserveront une éternelle verdure.

"Il dit; et le laurier, inclinant ses rameaux

parut témoigner sa reconnaissance

et sa tête fut agitée d'un léger frémissement.
  

La Nymphe Daphné et le Laurier

Une variante moins connue du mythe

fait de Daphné une fille d'Amyclas

qui pratiquait la chasse en Laconie

et était dévouée à Artémis

Un jeune homme tomba amoureux

et décida de se déguiser en femme

pour être admis parmi la compagnie

uniquement féminine de Daphné.

Apollon, également amoureux de Daphné,

et jaloux du privilège de ce jeune-homme

inspira aux chasseresses le désir de prendre un bain

et de se dévêtir entièrement

Leucippos dut dévoiler sa virilité 

on le massacra à coups de javelots

Ensuite, le récit rejoint celui d'Ovide

mis à part que c'est Zeus lui-même

qui transforme Daphné en laurier.

La Nymphe Daphné et le Laurier

 

Voici un texte pour illustrer cette métamorphose

 

Pollajuolo, a peint une jolie Daphné,

saisie par le génie des métamorphoses

au moment où Apollon va l’atteindre 

ses bras deviennent des branches,

leurs extrémités 

sont des rameaux de feuilles émues par les souffles

Il me semble voir

l’homme ancien respirer le monde par les mains

tendre les doigts pour en faire un réseau à prendre

l’impondérable.

Mes mains, dit le Centaure, ont tenté les rochers,

les eaux, les plantes innombrables

et les plus subtiles impressions de l’air

car je les élève dans les nuits

aveugles et calmes pour qu’elles surprennent les souffles

et en tirent des signes pour augurer mon chemin

 

Le Centaure et Daphné,

privilégiés des dieux, dans leur métamorphose

ou leur stabilité, n’avaient pas d’autres armes

que celles de notre race pour « tenter » l’univers

pour en faire l’expérience,

jusque dans ces courants translucides

qui n’ont pas de poids et que l’œil ne voit point.

Mais ce qui pèse d’une lourdeur insensible

ou bien avec le chaud batte­ment de la vie

ce qui a une écorce, une robe, un pelage,

et même la pierre

qu’elle soit taillée par éclats,

arrondie par la course des eaux

ou que son grain soit intact,

c’est encore une prise pour la main,

c’est le but d’une expérience

que la vue ou l’esprit ne peuvent pas conduire seuls

La possession du monde exige une sorte de flair tactile

La vue glisse le long de l’univers. La main sait 

 

Ce  beau texte est extrait de l éloge de la main

de Henry Focillon

La Nymphe Daphné et le Laurier

Voir les commentaires

Publié le par Rosie
Publié dans : #Mythologie
Éros et son mythe....

 

Après vous avoir proposé

Eros anagramme de Rose

Voici un aperçu de mes recherches

qui m'ont permis de relire des textes

sur des philosophes et la mythologie

sur les Dieux : Voici Éros

celui que sa mère Venus battait avec des roses

en souvenir du bel Adonis qu’elle aimait

 

Éros d'après les spécialistes c'est :

la pulsion de vie qui habite chaque être humain

Il s'oppose à la pulsion de mort, Tanathos

Ces deux pulsions  ne peuvent être pensées séparément,

Elles œuvrent toujours ensemble, et sont indissociables.

L Amour; la Mort L'Amor et même L'âme-hors !

Dans la vie est inscrite la mort

Dans l'amour s'inscrit la vie l'en-vie

la joie de vivre , pulsion de vie

Donner la vie dans l'amour

C'est un tout !

 

Éros et son mythe....

Dans la mythologie grecque,

Éros est le dieu de l’Amour et de la puissance créatrice

Éros constitue, avec Chaos, Nyx, Gaïa et Érèbe

une des cinq divinités primordiales

Il est beau immortel

dompte l'intelligence et la sagesse.

d’après certains auteurs :

Éros est à l'origine de la création.

Il naît de l'œuf cosmique issu de l'union

de l'Éther et du Chaos. 

À la fois mâle et femelle, 

Il a de nombreuses têtes d'animaux

Il engendre Nyx (la Nuit) et le monstre Échidna. 

Il a deux ailes d'or et engendre,avec Chaos

ailé et ténébreux, la race des Hommes

avant même celle des Immortels.

Éros et son mythe....

D’après Platon :

 

l'Éros ne réside pas seulement dans l'âme

mais aussi dans la beauté,

dans les corps de tous les animaux,

dans les productions de la terre,

en un mot, dans tous les êtres".

et parle de la puissance de l'Éros

et du mythe de l'androgyne

il y a trois sexes originels :

le masculin, produit par le soleil,

le féminin par la terre matrice féconde

Et l'androgyne,

celui qui est composé des deux autres par la lune

Éros est la force qui pousse les moitiés

les unes vers les autres, pour se compléter

complèmentarité ! harmonie de la vie

jamais l'un sans l'autre, la vie serait triste

l'androgyne est vu comme un tout masculin et féminin

sans la sensualité, la sensibilité !

c'est un élan spirituel , où les sens sont éteints

 

Éros et son mythe....

Pour Socrate, Éros c'est l'amour de la beauté.

Comme tous les démons,

c'est un intermédiaire entre les hommes et les Dieux

entre la condition de mortel et celle d’immortel.

Platon distingue deux types d'Eros :

l'Eros vulgaire, fils de l’Aphrodite  ou (Vénus) vulgaire  

et l'Eros céleste, né de l’Aphrodite céleste

qui est la voie permettant le passage

du sensible au suprasensible,

du monde inférieur au monde supérieur

du monde matériel au monde des idées..

Ce passage s'effectue toujours dans le même sens :

du bas vers le haut,

puisque le monde des idées

ne peut agir sur celui des sens.

 

L'Éros platonicien

est quelque chose d'intermédiaire,

permettant d'éveiller dans l'âme,

comme la braise sous la cendre,

l'attrait de l'âme vers le monde supérieur.

Ou autrement dit la beauté de ce monde

a pour rôle d'éveiller l'Eros dans l'âme

pour qu'elle parvienne à la beauté

suprasensible et céleste. 

 

j'aime beaucoup cette notion

de monde des idées que je n'avais pas bien saisie

j'ai illustré ce dernier passage par une rose rouge

puisque Vénus mère d'Eros le battait avec ces fleurs

en souvenir de l'amour qu'elle portait au bel Adonis

Eros est ici vu comme la beauté en tout

sans un attrait des sens : C'est dans la spiritualité

que se fait cet attrait .

 

Éros et son mythe....

Pour moi, qui ne suis pas philosophe

Eros c'est le Dieu de l'Amour et cupidon

son carquois et ses flèches,

il vous touche, et vous voici transi d'amour

Il est le bourreau ou le bienfaiteur des coeurs

Sans amour la vie, est bien triste

Dieu a donné une compagne à Adam

et en toutes circonstances il a préservé un couple

Comme dans l'arche de Noé !

Cupidon est pour moi un ange

posé sur ma commode, qui me regarde

M’envoie de bonnes ondes

Je pense, aux deux personnes, qui nous ont fait de legs

sans valeur certes, sinon celui du symbole

de notre couple qui était dans l'amour

il faut dire, que j'ai fermé les yeux

de ces deux soeurs, qui étaient des amies

de mes parents : un legs en indivision

pour bien marquer que notre amour était unique

c'est une réplique d'une statue monumentale

en marbre blanc  de Pigalle..(Sculpteur)

Que l'amour soit toujours un moteur de vie

l'amour le vrai, et l'amour de ceux qui nous entourent

et amour de tout ce que le créateur a fait de beau

de bon et de juste ..

 

Éros et son mythe....

Voir les commentaires

Publié le par Rosie
Publié dans : #Mythologie
Une belle histoire d'amour et de roses

 

Le mythe d'Adonis et de Vénus ou Aphrodite

déesse de la beauté

Comment la rose blanche devient rouge 

 

 aphrodite

 

 

C'est Ovide, le poète latin

des 1er et 2e siècles après J.C.  

qui dans ses Métamorphoses,

a laissé le texte le plus poétique

et le plus célèbre sur la naissance

les amours et la fin tragique d'Adonis.

 

Myrrha, la fille du roi Cyniras,

nourrissait une passion incestueuse pour son père.

Désespérée, elle finit par se confier à sa nourrice

Celle-ci, qui craignait que la jeune fille

ne mette fin à ses jours enivra le roi

et Myrrha passa ainsi plusieurs nuits avec lui.

Lorsque le roi comprit que son amante inconnue

était sa propre fille,

il saisit son épée et la poursuivit 

là où elle s'était réfugiée

 

 

 

426861 560676690627802 1283373042 n

 

Mais la jeune fille se transforma en myrrhe,  

l'arbre à la sève parfumée

et les larmes de Myrrha, en encens.

Un enfant commença à grandir

sous le tronc de l'arbre

lorsque le terme fut arrivé,

Aphrodite sépara l'arbre en deux

et un garçon d'une grande beauté sortit du tronc.

Il fut appelé Adonis.

 

 

549463 209389812522483 1352055496 n

 

 

Aphrodite prit l'enfant, le mit dans un coffre  

et le confia à Perséphone reine des Enfers.

Curieuse, Perséphone ouvrit le coffre

et y trouva le bébé et le trouva si joli

qu'elle l'éleva dans son palais.

Mais Aphrodite se rendit aux Enfers

pour y réclamer l'enfant.

 

Perséphone refusait de le laisser partir

car Adonis était devenu son amant,

il s'en suivit une querelle entre les deux déesses.

Aphrodite fit appel à Zeus pour régler le conflit,

mais Zeus refusa d'être juge de ce conflit.

Il s'adressa à la muse Calliope

qui décida que Perséphone et Aphrodite

avaient des droits égaux sur Adonis.

 

venadonth.jpg

 

 

Sa décision fut de diviser l'année en trois parties.

Une où il vivrait avec Aphrodite,

une pendant laquelle il vivrait avec Perséphone

et la troisième partie

Adonis serait libre de lui-même.

il est dit qu'Aphrodite tricha pour le garder

auprès d'elle, en portant sa ceinture magique

 

Lorsqu'il grandit, la déesse se prit de passion pour lui

et tenta vainement de l'éloigner de son goût pour la chasse.

Mais un jour, alors que la déesse était en route pour Chypre

sur son char attelé de cygnes,

Adonis blessa de ses flèches un sanglier

qui se retourna contre le chasseur et le tua.

 

  220px-La_mort_d-Adonis_-Jean_Monier-.jpg

 

Aphrodite, qui avait entendu les plaintes de son amant

avait fait demi-tour avec son attelage,

vit expirer Adonis, baignant dans son sang.

Elle répand le sang du jeune- homme

qui bouillonne comme des bulles transparentes,

et du fond d’un bourbier montent à la surface

d’une eau jaunâtre où naît

une fleur nouvelle :

des roses et des anémones

sont sorties du sang d’Adonis

 

Les deux pôles du destin d’Adonis sont

l’arbuste  qui lui donne la vie

et celui par lequel il renaît,

après avoir été martyrisé ;

il n’y a pas de vie sans mort

et sans renaissance sous une autre forme.

 

197864 193580084014387 104941646211565 479664 1962718 n

 

En souvenir d’Adonis  

Vénus châtiait son fils Eros

en le frappant avec une rose Anagramme

les rosiers étaient consacrés à Aphrodite

La rose était chez les Grecs une fleur blanche

mais lorsque Adonis,

protégé d'Aphrodite, fut blessé à mort,

la Déesse courut vers lui,

se piqua à une épine

et le sang colora les roses

qui lui étaient consacrées.

et voici comment la rose

de la couleur blanche devient rouge

et est symbole de l'amour ardent

 

 

adonis3.jpg

 

Elle fit en sorte que sa mort

soit célébrée chaque année

lors de fêtes solennelles.

Qui sont la renaissance de la nature

et voici encore une histoire de femmes

de déesses et de  fleurs

Perséphone est Proserpine

elle est encore aux enfers.

Adonis où es-tu ? 

 

 
Citation de Shakespeare extraite de son poème

"Vénus et Adonis":

"L'amour, c'est le soleil après la pluie

et la luxure, c'est l'orage après le soleil....

 

 

 

Sonnet 18

 

« Devrais-je te comparer à une journée d'été

Tu es plus tendre et bien plus tempérée.

Des vents violents secouent les chers boutons de mai,

Et le bail de l'été est trop proche du terme.

Parfois trop chaud l'œil du ciel brille,

Et souvent sa complexion dorée ternie,

Et toute beauté un jour décline,

Par hasard, ou abîmée au cours changeant de la nature;

Mais ton éternel été ne se flétrira pas,

Ni perdra cette beauté que tu possèdes,

Et la Mort ne se vantera pas que tu erres parmi son ombre,

Quand en rimes éternelles à travers temps tu grandiras;

Tant que les hommes respireront

et tant que les yeux verront,

Aussi longtemps que vivra ceci, cela en vie te gardera. »

 

adonis

 

Voir les commentaires

Publié le par Rosie
Publié dans : #Mythologie
Morphée Hypnos : Dieux de la nuit

Que c'est bon parfois d'être dans les bras de Morphée

un des Dieux de la nuit ;

Pour vous un petit retour sur la mythologie

 

Je suis tes rêves devenus réalités

Ce bel instant, cet idylle, tant aimé

Son corps enserré, ses sentiments immortels

Je suis celui qui reviendra

pour mieux battre des ailes.

 

Je suis ta vie éclairée

Le flambeau, qui à jamais t’a guidé

Je suis ce bonheur de tous les jours

On me nomme Eros, l’Amour.

 

 

Eros et Thanatos

Eros Dieu de l'amour de la vie

je vous présente son opposé

et complémentaire : la vie et la mort

l'une est inscrite dans l'autre

comme la nuit et le jour

les ténèbres et la lumière

 

Thanatos

 

Thanatos : C'est la pulsion de mort

qui habite chaque être humain.

Il l'oppose à la pulsion de vie Eros.

Thanatos est la personnification de la mort.

il est le fils de Nyx : la Nuit

qui l'avait conçu avec Érèbe : les Ténèbres.

Thanatos est également le frère jumeau d'Hypnos

la personnification du sommeil.

Ennemi implacable du genre humain,

il est devant la porte des Enfers

Thanatos était rarement nommé en Grèce

car la superstition craignait de réveiller une idée fâcheuse,

en rappelant à l'esprit l'image de la destruction.

Morphée Hypnos : Dieux de la nuit

 

Les Romains lui élevèrent aussi des autels.

Thanatos avait un cœur de fer,

des entrailles d'airain et une âme de bronze.

Les Grecs le représentaient

sous la figure d'un enfant noir

avec des pieds tordus,

et caressé par la Nuit, sa mère.

Quelquefois ses pieds sans être difformes,

sont seulement croisés, symbole de la gêne

quand les corps se trouvent dans la tombe

 

Cette divinité apparaît aussi

avec un visage défait et amaigri,

les yeux fermés, couverte d'un voile,

et tenant, comme le Temps,

une faux à la main.

Cet attribut semble signifier

que la vie est moissonnée comme le blé.

Morphée Hypnos : Dieux de la nuit

Voici un petit aperçu de ce que j’ai glané ici et là

En faisant des recherches,

j’ai trouvé des textes intéressants

 

Nous retrouvons

les Dieux de la nuit, des ténèbres

de la mort, du sommeil hypnose et Morphée

 

Que ses bras sont si doux quand il n'y en à pas d'autres

C'est le monde du rêve, de l'onirisme

Hypnos tenait à la main des fleurs de pavot.

pour un repos paisible et des rêves aimables

Morphée était l’un des mille enfants d’Hypnos,
 

Comme la plupart des créatures de la nuit,

c’était une divinité ailées

Ses ailes pouvaient le porter

aux confins de la terre en un instant. 

 

Dans la mythologie grecque,

Morphée est une divinité onirique.

le fils d’Hypnos, le Sommeil et de Nyx la Nuit

Il a pour vocation d’endormir les mortels.

Son nom est à l’origine notamment : 

du mot morphine,

en raison du pouvoir soporifique de cette drogue 

de l’expression « être dans les bras de Morphée »

qui signifie « rêver » et dormir ....

 

Je vous souhaite une douce nuit au clair de lune 

sans pavot ni morphine...

faites de beaux rêves mes chers amis

Je suis ta vie éclairée

Le flambeau, qui à jamais t’a guidé

Je suis ce bonheur de tous les jours

On me nomme Eros, l’Amour.
 

Morphée Hypnos : Dieux de la nuit

      

Je suis ta fin annoncée,
Ton dernier souffle, ultime pensée
Je suis ce besoin de ton corps.
On me nomme Thanatos, la Mort

Je suis ta vie éclairée
Le flambeau, qui à jamais t’a guidé
Je suis ce bonheur de tous les jours
On me nomme Eros, l’Amour.

Je suis le sombre, l’inévité
Celui tant aimé et partout redouté
Cette envie dont tu as honte
Celui qui sera là quand il faudra que tu montes.

Je suis la lumière de ta vie,
Celle qui toujours en ton cœur luit
Ce bonheur, le repos de l’âme
Ce brasier interne, cette flamme

Je suis toi seul dans les ténèbres,
Ton ultime combat contre des pensées funèbres
Lorsqu’enfin tout espoir est perdu
Je suis là, dernier ami, ta seule issue.


Je suis tes rêves devenus réalités
Ce bel instant, cet idylle, tant aimé
Son corps enserré, ses sentiments immortels
Je suis celui qui reviendra pour mieux battre des ailes.

Jason Chatelain
 
 

Morphée Hypnos : Dieux de la nuit

Voir les commentaires

Publié le par Rosie
Publié dans : #Mythologie

 

 

 

 

 

 

les mystères de la mythologie

 

 

 

 

Oh ! chic  Proserpine

est allée retrouver Déméter

Je viens de faire le tour de mon jardin

La tramontane vient de se lever

J’ai beaucoup travaillé

Pour recevoir le printemps

Le Camélia est dans une vasque dehors

Il aura l’ombre du parasol

Qui sera pour eux trois

Deux camélias et un hortensia 

Les plantes il faut les soigner

c’est comme l’amitié

 

Partout il à des pousses nouvelles P1020989

Les lilas vont éclore

du mauve et du violet

Et devinez,

je l’attendais ce moment béni

celui ou les grenadiers

plantés pour sainte Catherine

Auront pris racine

 

Et voila que des renflements

sur des bois qui semblaient morts

apparaissent :

Proserpine est de retour

chez sa mère Déméter 

déesse de la germination

du blé des semences

du renouveau de la nature

et oui, je vais pouvoir regarder 

s’ouvrir les bourgeons

ceux des grenadiers

et vous parler

 

 

 

de Proserpine ou Perséphone

divinité infernale ,

elle est aussi à l’origine

une déesse du blé

de la fertilité du sol

elle est liée à la mort,

les semences

sont gardées dans l’obscurité

pendant des mois,

ce retour à la vie

 après l’ensevelissement

est symbolisé par le mythe de Proserpine

et donne naissance aux rites

des mystères d’Éleusis

 

 

Le retour sur terre de la déesse

est une promesse de  résurrection P1020122

de renaissance, de fertilité

je viens de faire la tour du jardin

tout est en effervescence 

et moi aussi

j’aime ce temps où je m’active dehors 

en ayant le plaisir de retrouver

mon ordinateur et au bout

mes amis vous tous

après les travaux manuels

place aux recherches

c’est mon meilleur moment

celui ou je compose

comme sur un damier

 

avec des alternances, des couleurs

des nuances,

c’est cela la vie,

faite de systoles et de diastoles

on travaille, on se repose

inspirez expirez

dirait une amie : et oui c’est beau la vie

cette complémentarité parfois dualité

dedans et dehors, un sacré travail

partout intéressant,

le jardin et ses abords sont en ordre

et moi aussi. Repos pour aujourd’hui

 

 

 

DSCF5406-1

 

 

 

 

 

 

. 

  

Les Mystères d'Eleusis

devinrent une sorte de religion

et les "mystères centraux"

étaient ceux de la mort et de la résurrection

concept que l’on retrouve quasiment dans toutes les cultures

symbolisées par la décomposition

de la graine dans la terre

et sa réapparition sous la forme d'un être vivant

s’envolant vers une lumière divine.

Les Mystères d'Eleusis

comportaient des cérémonies 

qui se déroulaient en deux temps

Les débutants étaient d'abord initiés

aux "petits Mystères",

célébrés au printemps dans le faubourg athénien,

 

 

 

 

P1020378

 

 

  

 

et ils participaient,

six mois plus tard,

aux "grands Mystères",

durant une dizaine de jours.

Puis, les initiés devenaient mystes,

après avoir été purifiés

et se rendaient ensuite

en procession jusqu'au sanctuaire

par la Voie sacrée qui reliait Athènes à Éleusis.

A l'intérieur du sanctuaire,

L’initiation secrète se déroulait

 à l’abri des regards indiscrets.

 

 

pict0043

  


Déméter, déesse du blé et de la terre fertile,

préférera vivre sur terre, plutôt que sur l'Olympe

 qui était la montagne, le monde des Dieux.

 Les Mystères d’Eleusis

 furent fondés pour commémorer

 l’enlèvement de la fille de Déméter,

qui fut emmenée aux enfers par Hadès.

(cet enlèvement tient un rôle principal dans le mythe).

  

.

 

P1010907.JPG

 

 

Voir les commentaires