Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LE BLOG DE ROSIE

LE BLOG DE ROSIE

Ce blog a été crée pour partager mes émotions, mes coups de cœur, mes états d'âme ,Pourquoi j’écris ? Pour vivre, pour parler de l'amour pour que le sentiment, l’émotion prennent corps, pour que l’âme chavire, pour que le ciel se teinte de rose - parce que l'on peut rêver et en faire une réalité. - Ecrire pour louer le jour et attendre la nuit, où l'écriture est plus facile..Écrire en choisissant les mots pour panser des maux ♥

Publié le par Rosie
Publié dans : #femme de convictions et d'action
Une Ville...Un homme...

Pour le lecteur

Tous les ans depuis son départ je rends un hommage

à l'homme Georges Frêche " Feu le maire de Montpellier"

tous mes amis savent que je suis une femme de droite

humaniste et sociale, c'est d'ailleurs pour cela

que Georges avait voulu que je rejoigne sa liste

tout en gardant mes convictions profondes

et oeuvrant pour la ville, commes les 5 élus ( non inscrtis)

Nous représentions, les électeurs de droite qui portait ce maire

aux fonctions suprêmes pour la ville

Mon Dieu, si vous reveniez ! la ville est sans âme

très sale, et plus rien n'a de cohérence

la France est mal présidée par celui,

qui vous avait royalement exclu lui et elle d'ailleurs,

la Région n'a plus de chef crédible,

mais un ersatz de président , une Présidente maintenant

Là où vous êtes mort en scène, comme vous le souhaitiez

on se chipote, pour avoir encore du pouvoir

La Mairie est AUSSI un lieu de discordes

Oh ! si vous saviez ?.... que des bras cassés

vous manquez vraiment, et mon hommage qui suit

est pour vous l'Homme l'Humain...

Une Ville...Un homme...

Hier le 24 c'était l'anniversaire

de votre départ pour l'au delà !

et je pense à vous cher Georges :

Un message et une pensée un hommage

 

Voici ce que j'écrivais après votre décès

un parti politique celui du président actuel

 où vous aviez tant fait   ! c’est par vous qu’il éxistait

les instances Nationales ne vous ont jamais appelé

je pense que vous seriez bien troublé

de voir ce qui se passe

vous qu'on avait vilainement exclu  

d'autant que vous aviez une solide carrure

un don d'orateur et une grande culture

trop certainement, ainsi que votre franc parler

qui parfois vous desservait

 

Les fait son têtus: je suis allée voter

école Lamartine, là où pour une élection

je vous avais rencontré, et sourire malicieux

vous etiez venu avec un mot très aimable m'accueillir

et ce jour c'est votre fille Julie

je lui ai parlé de mon émotion

nous avons évoqué des liens d'amitié

je vais publier  ce que j'écrivais pour vous

quand vous êtes parti.. 

depuis il y a un grand vide...

Vous avez salué le public et êtes mort en scène 

 

Une Ville...Un homme...

 

 

Le temps passe si vite !mais il vaut mieux

que vous n'ayez pas connu toutes les bassesses

vous auriez réagi, avec votre franc parler

 

Ce texte a 6 ans  : j'écrivais

 

Hier soir vers

vingt heures, il pleuvait

je fermais mes volets, sans trop me mouiller

j'entends Claire Chazal qui parle de Georges Frêche

et j'entends simplement , il était contesté

pour ses propos

il était: je me précipite pour aller sur mon ordinateur

le téléphone sonne

c'est ma fille aînée qui me dit :

As-tu entendu la nouvelle?

non lui dis-je , il s'agit de quoi !

Georges est mort !

arrivée devant mon bureau le téléphone sonne

de nouveau, c'est mon fils

maman as-tu entendu la nouvelle

pour partager leur tristesse

 

Une Ville...Un homme...

 

Georges je ne l'avais pas bien perçu dans sa dimension

 

j'ai fait un mandat dans son opposition

et parfois je disais à mon mari

quand même; je ne sais plus qui écouter,

qui croire , où est la vérité ?

la vérité n'est jamais aux extrêmes

ni tout noir, ni tout blanc

il faut que je me retrouve en moi

que je voies la ville sans œillères

telle qu'elle est : fière et belle

Je doutais, et mon mari me disait

derrière ton ignorance, il y a de l'admiration

derrière mes outrances

c'est vrai il y avait de l'admiration

que je refoulais, comme une passion

qu'on ne veut pas montrer

c'est mon mari qui lisait tout en moi

et qui avait vu combien j'étais à la recherche

de la vérité

 

Une Ville...Un homme...

  

 C'est d'ailleurs par son entremise

 

que Georges m'avait sollicitée

mon mari était tellement heureux

que pour lui, je dise oui je veux

je ne me suis pas fait que des amis

j'en ai perdu d'un côté et gagné de l'autre

j'ai fait un mandat

en mettant de coté mes opinions politiques

et travaillé pour la cité la ville Montpellier

je n'ai eu que respect et loyauté

j'ai été soutenue durant mes épreuves

 

Avec beaucoup de tact un soir de fête

nous voyant tous deux

lui, Jean tellement amaigri, il ne lui demanda pas

comment allez-vous !

Et ce fut:  Salut les amoureux ?

 

Une Ville...Un homme...

   

Qui ferait ce que cet homme à fait  

avec tant de délicatesse

je vais vous le dire, ce matin je l'ai écrit à un ami

et bien voila c'est tout Georges

un diamant dans le coeur, qu'il faut savoir trouver

 

il laissait des messages durant la nuit

sur mon téléphone portable

pour dire à mon mari, qui était en fin de vie

toute  l'estime qu'il avait pour lui

et pour moi, louant mon travail ma loyauté et sincérité

c'était pour moi et pour lui, pour nous deux

un message qui nous réunissait

car c'était lui, Jean mon mari qui avait souhaité

que je m'engage dans cette équipe

pour porter un message que lui n'avais pas pu faire passer

Une Ville...Un homme...

Georges

a été critiqué par les médias nationaux

exclu de son parti politique

par celui qui est Président de la République

pour des prises de position qui étaient exagérées

car l'homme n'était ni raciste ni antisémite

tout à l'opposé: on lui a fait de mauvais procès..

 

Maintenant il est de l'autre côté de la rive

il a franchi le pont, du grand voyage

il fut très affecté par le départ de sa mère

 

Georges c'est en hommage que j'écris pour vous

sans faire de politique, car vous étiez un homme de cœur

et vous aimiez qu'on vous résiste,

vous aviez de l'estime pour moi

ce n'était pas l'indemnité qui me motivait

et puis j'étais l'épouse d'un de vos collegues

de la grande université

Paix à votre âme,

je pense que, vous aviez du vous rapprocher de Dieu

dans son infinie bonté il vous a acceuilli

nous pensons à vous et à votre famille 

 

Une Ville...Un homme...

 

Cher ami reposez en paix dans l'éternité

le souvenir reste pour les gens simples

ceux qui ne vous étaient pas redevables

vous m'avais toujours considérée avec beaucoup d'égards

de respect de considèration

il fallait dans cet homme parfois rustre trouver

le point sensible, et les vôtres vous ont trahi

Oh en politique c'est

pousse toi de là pour que je m'y mette

mais aucun ne vous arrivera à la cheville

vous étiez un peu visionnaire

la Ville, la Région : C'est vous le premier

qui aviez parlé du regroupement des Régions

vous auriez pu en être en d'autres temps

Un GRAND Président  !! Les temps ont changés

les régions comme vous l'aviez d'ailleurs écrit

se sont regroupées, vous auriez pu être le seul fédérateur

vous le divers gauche, et avec vous nous aurions été respectés

 

 

 

Une Ville...Un homme...

Commenter cet article

ada 02/11/2013 07:47


Bonjour chère amie Rosie,


Souvent je me demande pourquoi les partis politiques existent et pourquoi être classé  pour faire connaître ses idées quand celles-ci vont dans le sens du bien d'autrui.


Voyez le cercle AU FIL DU TEMPS sur le Figaro. Il y a parfois de la cynergie dans les publications.


Très bonne journée, chère amie.

Rosie 02/11/2013 09:21



Bonjour Ada....ce n'est plus pareil maintenant l'autre jour j'ai été deçue par une manifestation qui se voulait pour rendre hommage à mon mari, et etait purement de circonstance electorale....Cet
homme dont je loue sa bonté interieure ne le manifestait pas et etait présent quand il le fallait...j'ai eu beucoup de plaisir et l'honneur de travailler avec lui..C'etait un grand homme...


Bonne journée à vous gris gris ici...



Marie Esteve 01/11/2013 10:18


QUEL homme ! il a laissé une ville qu'il a embellie et fait connaitre, et puis il est parti sans rien dire, et la ville est une veuve.Merci pour cet hommage

Rosie 01/11/2013 17:06



Oui merci c'est de l'homme dont je parle, il n'y a aucun aspect politique c'est un souvenir hommage