Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LE BLOG DE ROSIE

LE BLOG DE ROSIE

Ce blog a été crée pour partager mes émotions, mes coups de cœur, mes états d'âme ,Pourquoi j’écris ? Pour vivre, pour parler de l'amour pour que le sentiment, l’émotion prennent corps, pour que l’âme chavire, pour que le ciel se teinte de rose - parce que l'on peut rêver et en faire une réalité. - Ecrire pour louer le jour et attendre la nuit, où l'écriture est plus facile..Écrire en choisissant les mots pour panser des maux ♥

Publié le par Rosie
Publié dans : #Mes symboles
Sur le Caducée et la médecine

 Le caducée est un sceptre

qui rend celui qui le porte inviolable.

Il est le plus souvent, en olivier ou en laurier,

il évoque l’arbre de la connaissance

et  l’enseignement de la sagesse.

Il est l’axe primordial du monde,

trait d’union entre les trois mondes :

le céleste le terrestre, le souterrain

représentant l’univers

tout en étant lui-même son axe

 Le caducée : portait d'abord deux serpents

et puis  n'en porte qu'un seul serpent

Suivez moi ce jour sur les traces d 'Hippocrate

de la Grèce antique et des préceptes de la médecine

qui étaient comme des talismans

avec le Dieu et l'histoire ou légende du Caducée

ce bâton inviolable, qui demande respect et humilité

et représente le savoir, la connaissance ...

Dans la mythologie grecque :

Esculape, est dans l’épopée d’Homère un héros.

Puis à l’époque classique le Dieu de la médecine.

Fils d’Apollon il est foudroyé par Zeus

pour avoir ressuscité des morts grâce au sang de gorgone

que lui  procurait Athéna.

 

Une gorgone: la gorgone méduse
 

Esculape est vénère à Delphes et à Athènes

ainsi qu’à Epidaure où il guérit les pèlerins

Il est invoqué dans le serment d’Hippocrate (ancien)

aux côtés de son père Apollon

et de ses filles Hygie et Panacée.

Dans l’Iliade Il est mentionné

comme un médecin irréprochable

 

Sur le Caducée et la médecine

la légende dit

que voyant un serpent se diriger vers lui,

Esculape tendit son bâton dans sa direction,

celui-ci s’y enroula.

Il frappa le sol et tua la bête.

Un second serpent apparut soudain

tenant dans sa bouche une herbe mystérieuse

avec laquelle il rappela à la vie l'autre reptile

qui lui révéla la vertu médicinale des plantes

Le bâton est symbole du berger, du voyageur universel,

de l’activité du médecin qui s’en va à travers le monde,

portant sa science secourable

Le serpent est symbole de vie, de vigueur

il peut changer de peau

et posséde une éternelle jeunesse

Le Serpent symbole de jeunesse et de connaissance

Le Serpent symbole de jeunesse et de connaissance

Le serpent est symbole de vie, de vigueur,

il peut changer de peau,

retrouvant ainsi l’apparence de la jeunesse.

Il est sensé connaître tous les secrets

en s’insinuant dans les fissures de la terre.

Il connaît les vertus des plantes

et le mystère entourant la mort.

Il est présent dans les oracles,

où il indique aux malades les remèdes à prendre.

Il représente la sagesse 

et non la tentation comme dans la bible

A ce caducée est venu s’ajouter un miroir,

symbole de prudence et de sagesse

Apollon et le serpent de Delphes

Apollon et le serpent de Delphes

 Le serpent d’Epidaure enlace trois baguettes :

Celle de la médecine,

de la chirurgie et de la pharmacie

L’ensemble étant surmonté d’un coq

symbole de la vigilance

Le caducée est un puissant talisman

qui protège les hommes,

leur permet de recouvrer la santé,

instaure la paix, leur communique

le sens de la prudence,et de la justice.

Ce talisman à des dons multiples :

  

Les philosophes naturalistes seront les premiers

à dissocier la médecine de la magie :

le premier d’entre-eux

est Pythagore né en 580 avant J.C

il établit l’universalité des 4 éléments

que l’on retrouve dans le corps 

la terre, le feu, l’eau, l’air

 

Les deux serpents qui se battent

sont le désordre le chaos,

on doit les séparer, les distinguer,

connaître leur opposition, savoir leur contraire,

alors les deux forces opposées

iront dans l’unité de l’axe du monde

que symbolise le bâton.

Symbole d’amour, amour de l’autre, de son prochain ;

 

C’est un élément masculin

Le caducée est principe d’union de concorde.

Le caducée est devenu l’emblème des professions

médicales du Dieu de la médecine,

et représente la médecine en Europe

Sur le Caducée et la médecine

Le serpent du caducée peut figurer

la connaissance ou le savoir

Cette symbolique nous amène aux principes

Hippocratiques

L’homme, sa maladie…

Physique ou psychique Et son environnement

Hippocrate né en 460 avant J.C.

met en avant l’intérêt capital de l’interrogatoire

et de l’examen médical.

Sa médecine est basée sur les mêmes principes

que ceux des philosophes auquel il ajoute

 –le chaud, le froid, le sec, l’humide--

 

Éternel pèlerin celui qui porte le Caducée

soigne les maux du corps et de l’âme.

Il rentre dans l’intimité de ses patients,

en connaît les secrets et doit les taire.

Il à la connaissance,  le savoir, l’expérience,

il doit pouvoir transmettre pour éduquer 

Dieu tenant le Caducée..ou s'enroulent les serpents

Dieu tenant le Caducée..ou s'enroulent les serpents

 

Dès les premières pages de la Bible

 un serpent se glisse dans le beau jardin créé par Dieu

Il est doué d’une intelligence redoutable,

il séduit et gagne la première bataille

qu’il livre à l’humanité (Genèse 3).

Qui est-il ? D’où vient-il ?

L’auteur biblique ne le dit pas.

C’est une créature de Dieu, la plus rusée certes,

mais une créature seulement, nullement un égal de Dieu.

Dieu maudit le serpent et annonce qu’il aura la tête

écrasée par la descendance de la femme

dont le talon sera néanmoins meurtri par le serpent !

Langage poétique et mystérieux qui évoque

l’existence du mal sans toutefois l’expliquer.

Il suggère  une force extérieure à l’homme

et laisse entrevoir une issue heureuse

à la longue lutte de l’humanité contre le mal

le serpent sera vaincu.

Sorti du jardin des origines en même temps qu’Adam et

Ève,le serpent sait disparaître pour attaquer par surprise.

Le voici sur le chemin du peuple de Dieu

qui traverse le désert.

Ses morsures sont mortelles.

Mais, cloué sur une perche, il devient un signe de salut

 

Dans l’Apocalypse, le serpent

se transforme en dragon.

Il essaye, sans succès, de s’attaquer à la femme qui

enfante le Messie ainsi qu'à sa descendance

À la fin du livre, il disparaît dans un étang de feu.

Reprenant le livre de la Sagesse

par la jalousie du diable…

le dernier livre de la Bible donne un nom à cette force

bestiale : "le grand dragon, l’antique serpent,

celui qu’on nomme Diable et Satan

, le séducteur du monde entier

Sur le Caducée et la médecine

Commenter cet article

Marie-Françoise 05/08/2015 21:39

Je comprends que tu aime le symbole du Caducée et celui des sage-femmes; il est très parlant merci encore de partager tes recherches...bises

Rosie 06/08/2015 18:36

Bonjour Marie-Françoise oui j'aime ce texte, pour moi très symbolique Merci pour ton message A plus mon amie

Mariette 02/01/2013 12:22


Rosie j'ai été absente quelques jours et trouve vos publications Ce cher Caducée ! et les roses, c'est un joli texte, je salue vos amies !! Bonne année a tous

Rosie 02/01/2013 18:46



Coucou Marie heureuse que cela vous plaise Merci



Vivette 31/12/2012 09:26


Bonjour Rosie, tous mes voeux pour cette fin d'année , continuez a nous apprendre et a nous enchanter.... Bien à vous et en toute amitié

Rosie 31/12/2012 17:19



Merci Vivette pour votre message qui me touche beaucoup..mes amitiés



Lisa 30/12/2012 21:02


 


Bonsoir chère Rosie, bonsoir Flo que j'ai lue sur la page précédente, bonsoir aux ami(e)s de ce blog..


 


Vous nous apportez beaucoup d'informations intéressantes, de belles images et la photo de votre livre que j'ai lu avec grand plaisir!


 


Voici un poème très enlevé et un beau tableau qui le complète:


 


Un médecin ? Mais alors qu’il soit beau !
Très beau. D’une beauté non pas majestueuse,
Mais jeune, saine, alerte, heureuse !
Qu’il parle de plein air, non pas trop haut,
Mais assez pour que du soleil entre avec lui.


 



Qu’il sache rire — tant d’ennui
Bâille aux quatre coins de la chambre —
Et qu’il sache te faire rire, toi, souffrant
De ta souffrance et du mal de Décembre.


 



Ou bien, alors, prenons-le contrefait,
Cagneux, pointu, perclus, minable ;
Qu’il flotte en ses effets
Comme un épouvantail — et semble inguérissable
Des pires maux, connus ou inconnus !


 


Afin que, chaque jour, l’apercevant
Comme un défi, parmi les fleurs venant d’éclore,
Nous pensions, rassurés, soulagés, fiers un peu
De nous sentir si forts par contraste: "Grand Dieu !
Qu’il doit être savant pour vivre encore ! "


 


Sabine Sicaud






 "Le médecin", de S.L.Filde

Rosie 30/12/2012 21:23



Merci chère Lisa ...j'ai mis le poème pour l'image c'est plus difficile pour moi...Je vous souhaite une bonne soirée..