Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LE BLOG DE ROSIE

LE BLOG DE ROSIE

Ce blog a été crée pour partager mes émotions, mes coups de cœur, mes états d'âme ,Pourquoi j’écris ? Pour vivre, pour parler de l'amour pour que le sentiment, l’émotion prennent corps, pour que l’âme chavire, pour que le ciel se teinte de rose - parce que l'on peut rêver et en faire une réalité. - Ecrire pour louer le jour et attendre la nuit, où l'écriture est plus facile..Écrire en choisissant les mots pour panser des maux ♥

Publié le par Rosie
Publié dans : #Etat-D'âme Poésie
De George Sand à Musset...

 

L'art de séduire en poèsie 

 

 

De La poésie et de l'art de séduire

C'est George Sand qui écrit à Musset

Elle était "femme libérée"

C'est un morceau d'anthologie

 

 

 

Ce n'est pas moi qui écris

la poésie est pour moi 

une tournure d’esprit

Ce sont des émotions

C’est un art tout à fait entier

On peut tout dire en poème

Et surtout pour dire je t‘aime

D’une multitude de façons

C’est détourner un mot

Pour le rendre beau

C’est exprimer des sentiments

Ou rien n’est vulgaire

Aimes-tu ma poésie, celle des mots ?

Ma chérie  j’aime tout de toi

C’est bien dit et met en joie celle qui le reçoit

Nombreux de nos grands poètes

ont déguisé leur ardeur et leur demande

En tournant autour du mot

C’est juste pour vous amuser

Car vous devez connaître la lettre

D’une dame de cœur à son amant 

ce sont des jeux, de lettres et de mots

avec un arrangement audacieux

et c'est un morceau d'anthologie

 

 

 Et voici le poème avec deux lectures

 

 

Lettre de George Sand à Alfred de Musset

Je suis très émue de vous dire que j'ai

bien compris l'autre soir que vous aviez

toujours une envie folle de me faire

danser. Je garde le souvenir de votre

baiser et je voudrais bien que ce soit

à une preuve que je puisse être aimée

par vous. Je suis prête à vous montrer mon

affection toute désintéressée et sans cal-

cul, et si vous voulez me voir aussi

vous dévoiler sans artifice mon âme
toute nue, venez me faire une visite.

Nous causerons en amis, franchement.

Je vous prouverai que je suis la femme

sincère, capable de vous offrir l'affection

la plus profonde comme la plus étroite

en amitié, en un mot la meilleure preuve

dont vous puissiez rêver, puisque votre

âme est libre. Pensez que la solitude où j'ha-

bite est bien longue, bien dure et souvent

difficile. Ainsi en y songeant j'ai l'âme

grosse. Accourrez donc vite et venez me la

faire oublier par l'amour où je veux me
mettre.

 
De George Sand à Musset...

 

Ne vous privez pas de tout le texte

le lecteur doit être averti

et ne lire qu'une ligne sur deux

 

Qu'en termes choisis cela est bien dit !

mais n'y voyez pas de malice de ma part

ce sont des beaux morceaux de  poésie

il faut toujours garder une âme de poète

même dans notre vie au quotidien

c'est une forme de séduction 

l'écriture est  un joli passe temps

j'espère que votre lecture le sera autant

 

 

De George Sand à Musset...

Mes chères Rosie et Martine, ami Ada, bonsoir!

 

Puisqu'il est question ici de lire entre les lignes

de cette missive adressée à Alfred de Musset,

voici un poème joyeux et enlevé de cet auteur:

 

"Il ne faudrait pourtant, me disais-je à moi-même,
Qu'une permission de notre seigneur Dieu,
Pour qu'il vînt à passer quelque femme en ce lieu.
Les bosquets sont déserts ; la chaleur est extrême ;
Les vents sont à l'amour l'horizon est en feu ;
Toute femme, ce soir, doit désirer qu'on l'aime.

S'il venait à passer, sous ces grands marronniers,
Quelque alerte beauté de l'école flamande,
Une ronde fillette, échappée à Téniers,
Ou quelque ange pensif de candeur allemande:
Une vierge en or fin d'un livre de légende,
Dans un flot de velours traînant ses petits pieds ;

Elle viendrait par là, de cette sombre allée,
Marchant à pas de biche avec un air boudeur,
Ecoutant murmurer le vent dans la feuillée,
De paresse amoureuse et de langueur voilée,
Dans ses doigts inquiets tourmentant une fleur,
Le printemps sur la joue, et le ciel dans le coeur.

Elle s'arrêterait là-bas, sous la tonnelle.
Je ne lui dirais rien, j'irais tout simplement,
Me mettre à deux genoux par terre devant elle,
Regarder dans ses yeux l'azur du firmament,
Et pour toute faveur la prier seulement,
De se laisser aimer d'une amour immortelle."

 

 

De George Sand à Musset...

  

Comme c'est délicat à vous... cette référence à Alfred de Musset,

et ses amours qui ont contribué à faire de lui

le poète sensible et douloureux que nous aimons

Puis-je glisser une petite malice ?

 

George Sand aimait aussi les femmes, et particulièrement

l'actrice Marie Dorval, dont un autre Alfred - de Vigny était

amoureux fou.

Elle lui a envoyé ce mot : "

A ce soir, au théâtre, ou dans votre lit".Mais c'était après Musset !

Et cela fait maintenant partie de l'histoire littéraire amusante

Et voici que par la contribution de mes "érudites amies "

la page s'enrichit Merci France

 

De George Sand à Musset...

Commenter cet article

Angelilie 17/02/2017 15:40

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte et un enchantement. au plaisir

Rosie 17/02/2017 17:02

Tout le plaisir est pour moi, soyez la bienvenue.. Merci Angelina

france fougere 22/07/2012 10:07


Chère Rosie - qui n'oublie pas d'être Lionne !


Comme c'est délicat à vous... cette référence à Alfred de Musset, et ses amours qui ont contribué à faire de lui le poète sensible et douloureux que nous aimons


Puis-je glisser une petite malice ?


George Sand aimait aussi les femmes, et particulièrement l'actrice Marie Dorval, dont un autre Alfred - de Vigny était amoureux fou.


Elle lui a envoyé ce mot : " A ce soir, au théâtre, ou dans votre lit".


Mais c'était après Musset ! Et cela fait maintenant partie de l'histoire littéraire amusante


Je vous souhaite un beau dimanche tout simplement


Bises - amitiés pour les autres passantes ou passants...France

Rosie 22/07/2012 10:31



Bonjour chère Amie..merci j'ai ajouté votre commentaire qui ainsi enrichit cette page..bonne et douce journée pour vous, un joli dimanche de juillet..je vous embrasse



France FOUGERE 21/07/2012 20:39


Bonsoir chère Rosie, bonsoir les ami(e)s


Quelle présentation raffinée ! écrin parfait pour la poésie d'Alfred de Musset, n'est-ce pas, Lisa ?


J'ai admiré - ailleurs - la floraison si bien choisie.


Nous avons sur les côtes bretonnes, les agapanthes couronnées de blanc, de bleu. Et des céanothes, que j'appelais naurellement " océanothes", car ils s'épanouissent en bleu.


Toutes mes amitiés ensoleillées ce soir - enfin !- et un grand merci pour ces instants charmants


France


 

Rosie 22/07/2012 08:12



Bonjour France...Merci pour votre commentaire..les belles fleurs de votre climat s'adaptent très mal chez nous..j'admire les hortensias et toutes ces fleurs  qui aiment le temps doux et
parfois humide..je sais que vous aimez  Musset, c'est un peu pour cela que j'ai mis ce texte qui était destiné, et LISA l'a complété...Belle et bonne journée pour vous..mes Amitiés toujours
ensoleillées..



Lisa 21/07/2012 18:11


Mes chères Rosie et Martine, ami Ada, bonsoir!


 


Puisqu'il est question ici de lire entre les lignes de cette missive adressée à Alfred de Musset, voici un poème joyeux et enlevé de cet auteur:


"Il ne faudrait pourtant, me disais-je à moi-même,
Qu'une permission de notre seigneur Dieu,
Pour qu'il vînt à passer quelque femme en ce lieu.
Les bosquets sont déserts ; la chaleur est extrême ;
Les vents sont à l'amour l'horizon est en feu ;
Toute femme, ce soir, doit désirer qu'on l'aime.

S'il venait à passer, sous ces grands marronniers,
Quelque alerte beauté de l'école flamande,
Une ronde fillette, échappée à Téniers,
Ou quelque ange pensif de candeur allemande:
Une vierge en or fin d'un livre de légende,
Dans un flot de velours traînant ses petits pieds ;

Elle viendrait par là, de cette sombre allée,
Marchant à pas de biche avec un air boudeur,
Ecoutant murmurer le vent dans la feuillée,
De paresse amoureuse et de langueur voilée,
Dans ses doigts inquiets tourmentant une fleur,
Le printemps sur la joue, et le ciel dans le coeur.

Elle s'arrêterait là-bas, sous la tonnelle.
Je ne lui dirais rien, j'irais tout simplement,
Me mettre à deux genoux par terre devant elle,
Regarder dans ses yeux l'azur du firmament,
Et pour toute faveur la prier seulement,
De se laisser aimer d'une amour immortelle."


(Une bonne fortune d'Alfred de Musset)


 


Affectueusement à chacune et chacun

Rosie 21/07/2012 19:44



Merci LISA et Bonsoir ...Merci pour le poème !!Je vous souhaite une bonne soirée..et vous embrasse...



ADA 21/07/2012 08:25


Bonjour chère amie,


De Georges Sand, comme d'autres,  la poésie restera toujours. C'est une forme spirituelle et  immortelle de chacun(e).


Bonne journée chère Rosie.

Rosie 21/07/2012 19:42



Bonsoir cher ami..tout cela est bien beau ..j'arrive d'une belle journée de plage...



martine 20/07/2012 22:11


Bravo, ma chère amie, voilà une manière de dire la poésie qui me convient fort bien. Merci, cela me réjouit. Je crois que c'est ce qu'on appelle "lire entre les lignes". Bonne
soirée.

Rosie 20/07/2012 22:26



Vous la connaissiez cette lettre, j'espère ne pas choquer, il y a tant de beaux messages oubliés ou méconnus, " Comment Adam découvrit Eve"...c'est très beau aussi ...et si naîf et naturel que
c'est émouvant...Merci pour votre commentaire chère amie Martine