Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LE BLOG DE ROSIE

LE BLOG DE ROSIE

Ce blog a été crée pour partager mes émotions, mes coups de cœur, mes états d'âme ,Pourquoi j’écris ? Pour vivre, pour parler de l'amour pour que le sentiment, l’émotion prennent corps, pour que l’âme chavire, pour que le ciel se teinte de rose - parce que l'on peut rêver et en faire une réalité. - Ecrire pour louer le jour et attendre la nuit, où l'écriture est plus facile..Écrire en choisissant les mots pour panser des maux ♥

Publié le par Rosie
Morceaux choisis en Hommage à un Ami

Elle écrit sur le clavier de son ordinateur,

elle y met tout son cœur, car il est devenu son confident

Ses doigts comme sur un piano s’agitent,

ils sont agiles, ils caressent les touches

ou avec énergie les frappent.

Son écran est ouvert, et devant elle,

vient se poser un oiseau- érudit et de bonnes mœurs -

il lui fait de gentils cui-cui.

C’est un oiseau migrateur qui s’est perdu une nuit d’hiver,

il faisait si froid, il volait avec ses congénères

a été attiré par le soleil.

Sur une branche virtuelle il s’est posé, en face d’elle.
 

Il lui dit, en mots symboliques :

qu’elle est un rayon de soleil

qu’elle brille comme une étoile, celle de Salomon

elle préfère pourtant celle qui a cinq branches

qui est l’harmonie intérieure et extérieure.

Elle, il l’a appelée mon amie, elle a ajouté :

Ton amie Rosie ta sœur Catalane

cet oiseau migrateur celui que tu as rencontré sur le net

cet oiseau virtuel qui t’a entrainée sur les pas de l’étoile

pour découvrir une belle prose si délicate et agréable

Il t’a dit,sans pourtant te le dire clairement

et tout en  faisant des métaphores,

que deux oiseaux pouvaient se retrouver

pour se sourire, échanger, dialoguer, s’enrichir

en se tenant  de nobles propos.

Morceaux choisis en Hommage à un Ami

Ils ont des points communs,

des goûts communs et des souvenirs.

Que peuvent bien se dire deux oiseaux migrateurs

qui se rencontrent sur la toile ?
 

Ils échangent, sur leur vie passée ou présente.

Il lui fait de beaux discours, il a le savoir, la connaissance

car de bonne renommée, il est diplômé de l’université.

Elle l’écoute, elle est séduite par sa manière intellectuelle de 

l’aborder : C’est sûr, il a su y faire

L’hiver sera long cette année

il y a des journées où l’on ne sort pas...

Elle est bien dans son cocon, que lui appelle

son « Palais des mille et une nuits »,

c’est ce qu’il lui a dit en voyant les photos de sa maison

Sa maison, un temple familial, elle y voit

« dans l’architecture le nombre d’or ».

L’intérieur est décoré  à son image

. Un palais des mille et une nuits !

Je vais donc te garder

en te racontant une histoire tous les jours

une histoire inachevée pour les mille et un jours

- car nous n’aurons pas de nuits -

et cela nous amènera facilement à trois ans

si Dieu nous prête vie !

Le voyant sourire dans son écran, elle pense,

l’imaginant, l’idéalisant devant tant de belles phrases

suscitées par sa grande  culture :

il est compétent lui apprend des nouveautés

élève son esprit sait la guider pour avancer

sur ce chemin où elle apprend à marcher seule
 

Il lui dit:- Quand tu marches dans la nuit

tu as tendance à regarder où tu mets les pieds

la nuit te remet sur terre.

L’étoile te force à relever la tête

et te permet de t’orienter de façon différente

L’étoile te remet dans l’universel

elle te sort du soleil levant qui bouge, qui tourne

Si tu as de la chance de trouver, non pas une étoile

mais l’Étoile, celle qui ne bouge pas,

celle qui est sur l’axe un repère, le seul repère

mais  toi, tu es le repère familial, l’axe fixe. 

Elle pensait : C’est si bien dit !

C’est pour cela qu’elle lui écrit au petit matin :
 

J’aime la façon dont tu as su m’aborder !
J’aime la façon dont tu me parles du symbolique !
J’aime que tu stimules ma fierté  de Catalane
J’ aime que tu t’intéresse à mes activités
J’aime, j’aime, j’aime...

Morceaux choisis en Hommage à un Ami

Il lui avait dit auparavant :

Tu es un rayon de soleil, elle veut donc briller pour le retenir.

Et lui : tu es l’or du nombre d’or, laisse-toi guider par l’étoile.
 

L’oiseau, l’ami virtuel, s’est évadé

pour retourner dans son horizon

Oui, tu reviens pour écrire des mots choisis qui la touchent.

 

- Parle-moi de lui ? Écris-tu.

De lui, de l’autre celui qui n’est plus et que tu portes.

- Lorsque j’ouvre l’un de tes messages, tu as l’air de dire :

Je me montre, et je le montre

à la fois tu es actuellement lui et toi

en un seul et même être.

Quelle force avait-il pu t’inculquer,

vous êtes deux en un

Tout dans tes photos s’adresse

à ton interlocuteur et à l’autre, tu sembles dire 

Tu vois, je suis telle que tu l’as voulu

Si forte et si courageuse

pour avoir surmonté ces souffrances Ces épreuves

Quel est ton secret ?

Peut-être celui que t’avait inspiré

ta merveilleuse grand-mère,

déjà fière de sa descendance.

Tu te montres ainsi à lui et à moi, continue !

Pour poursuivre votre message

elle te parle longuement de lui, c’est ce que tu souhaites

j'ai appris à marcher seule et tu as été comme

une main tendue secourable

mais - qui sait ? si ce n'est pas lui qui a été notre lien

il est heureux de voir que tu es là et que tu m'aides

à travers le clavier de notre ordinateur

où nous avons eu de beaux échanges

Morceaux choisis en Hommage à un Ami

Une autre fois

Ce soir le soleil couchant est rose !

Tu écris une œuvre, mais pas pour des yeux, pour des cœurs.

Rose, dans le rose comme un vêtement blanc

 tâché de sang et cent fois relavé.

Des tâches qui ne partent pas,

qu’il faut garder en mémoire de celui qui a saigné.

 

Que c’est beau, est-ce lui qui l’interprète ainsi ?

Dans ce texte, il y a celle qui écrit et celui qui le lit,

avec le cœur peut-être meurtri.

Ou alors il interprète la couleur comme les alchimistes

qui ne voient que du rouge délavé !

 

- Ne cueille pas les roses mon amie Rosie

laisse les se flétrir sur leur tige

pour que les pétales partent au vent;

laisse mourir les choses là où elles sont nées.

Que ton cœur d’oiseau chante le printemps que tu as connu,

pour que les autres oisillons apprennent à chanter à leur tour

pour que des mamans se souviennent comment on fait un nid

que les araignées se souviennent comment tisser leur toile. 

 

Tu es poète et ça lui plaît :

elle aime, nous avons le temps de rêver

Merci mon ami, tu es parti dans les étoiles

et j'ai choisi des passages de ta belle écriture

c'est un hommage à l'homme au poète

au Médecin devenu professeur des universités

Respect pour le chemin parcouru

 

Morceaux choisis en Hommage à un Ami

Commenter cet article